Dodgers contre Padres : analyse de la série

À quelques heures du début de la série toute californienne opposant les Dodgers de Los Angeles aux Padres de San Diego, les deux équipes en présence n’auront pas fourni la même dose d’effort afin de se rendre à destination et croiser le fer en série de division.

Pour les hommes de Dave Roberts, on pourrait comparer leur affrontement face aux Brewers à une courte promenade dans le parc. Sans trop de surprise, ils ont écarté Christian Yelich et sa bande en deux petits matchs.

Les Padres eux, ont trimé dur afin de venir à bout des Cardinals de St-Louis en trois parties, concédant même le premier match à leurs adversaires du Missouri.

Publicité

Sans peur de se tromper, la rivalité entre les deux équipes pourraient renaître dans le cadre de cette série. Les Dodgers ont remporté six des dix affrontements entre les deux clubs cette saison.

Mookie Betts et Fernando Tatis Jr. sont prêts à en découdre et nous devrions assister à un tir croisé grâce à la présence de deux très bonnes attaques. Le gros point d’interrogation est une fois de plus la qualité du personnel de lanceurs des Padres. En santé, les artilleurs dont dispose Jayce Tingler sont de calibre pour rivaliser avec ceux des Dodgers, mais rien ne vient confirmer ce fait.

Analyse des joueurs de position

Du côté des Padres, l’alignement devrait être un copier-coller de ce que nous avons vu face aux Cards.

1) Trent Grisham, CC
2) Fernando Tatis Jr., AC
3) Manny Machado, 3B
4) Eric Hosmer, 1B
5) Tommy Pham, CG
6) Mitch Moreland, FC
7) Wil Myers, CD
8) Austin Nola, R
9) Jake Cronenworth, 2B

Pas beaucoup de faiblesse à chacune des positions, mais la série précédente a su démontrer que la concentration manquait à plusieurs moments autant en défensive que lors des courses sur les sentiers. Quelques jeux d’inattention auraient pu faire très mal aux Padres.

Fort heureusement pour eux, l’opportunisme est venu à leur rescousse en sauvant la mise. Face aux Dodgers, disons que la marge de manœuvre est quasi inexistante car ils sont en mesure de marquer des points en quantité et peuvent compter sur une rotation de partants nettement supérieure à la moyenne.

Pourquoi changer une combinaison gagnante ? Après tout, les Padres ont marqué 15 points dans la série face aux Cardinals. Fernando Tatis Jr. et Manny Machado demeurent les pierres angulaires de cette équipe.

Même chose chez les champions de la division Ouest de la Nationale.

1) Mookie Betts, CD
2) Corey Seager, AC
3) Justin Turner, 3B
4) Max Muncy, 1B
5) Will Smith, R
6) Cody Bellinger, CC
7) Chris Taylor, 2B
8) Edwin Ríos, FC
9) AJ Pollock, CG

Publicité

Encore là, une attaque très diversifiée et des athlètes jouant avec assurance, à part peut-être Max Muncy, qui a déjà connu de meilleurs moments.

Une fois de plus, le voltigeur Mookie Betts servira de bougie d’allumage et saura se rendre très utile autant en défensive qu’en attaque. Contre les Brewers, Betts a obtenu trois coups sûrs en sept présences, marquant un point et en produisant trois. Cody Bellinger est aussi un joueur capable de gagner un match à lui seul.

Analyse des lanceurs

Walker Buehler (Los Angeles) et Mike Clevinger (San Diego) devrait s’affronter lors du premier duel. Clevinger n’a pas été en mesure de voir de l’action lors de la série précédente, tandis que Buehler n’a pas savouré la victoire dans un gain face à Milwaukee.

La présence de Clevinger se veut un ajout de taille au sein de la rotation des Padres, mais une fois de plus, il semblerait qu’ils ne pourront compter sur Dinelson Lamet. Ce qui veut dire que Tingler devra jongler avec ses effectifs comme il l’a fait face aux Cards.

Chris Paddack, Zach Davies, Craig Stammen et l’ensemble des releveurs devraient voir de l’action, beaucoup d’action.

Chez les Dodgers, Clayton Kershaw suivra Buehler lors du deuxième match. Tony Gonsolin, Dustin May et Julio Urías seront les prochains dans l’ordre ou le dans le désordre.

Un net avantage pour la troupe de Dave Roberts, mais l’attaque des Padres ne fera pas de cadeau aux lanceurs des Dodgers et ne s’avouera pas vaincu aussi facilement.

Avantage

Pour une rare fois depuis bien longtemps, les Dodgers ont eu de la compagnie au sein de leur division et ce sont les Padres qui ont été en mesure d’échanger presque coup pour coup avec leurs rivaux californiens. Les Dodgers sont meilleurs que les Padres et, en théorie, plus fort que tout le monde. Nous verrons jusqu’à quel point cet affrontement saura démontrer jusqu’à quel point ils le sont.

  • Joueurs de position : Dodgers
  • Lanceurs : Dodgers
  • Profondeur : Dodgers
  • Gérant : À égalité

Prédiction de notre chroniqueur : Dodgers en 4.

Default image
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Alleyop360Attitude Football