À quoi s’attendre de Teoscar Hernandez l’an prochain?

Émergeant de sa coquille depuis maintenant trois saisons, Teoscar Hernandez occupe une place de plus en plus importante au sein de l’organisation des Blue Jays. Cette année, il a profité à fond du calendrier écourté pour prouver sa valeur – et on peut s’attendre à ce qu’il continue de bien faire prochainement.

Le rédacteur Ty Hudec du Jays Journal en a dressé une belle analyse. L’an prochain, on comptera sur la présence de Hernandez dans l’alignement pour fournir de puissantes frappes et apporter une quantité respectable de points générés.

Publicité

Celui qui a fêté ses 28 ans jeudi avait déjà enclenché un beau rythme en 2018 et en 2019, mais cette année, il est loin d’être le même joueur que Toronto est allé chercher depuis Houston pour Francisco Liriano en 2017.

Le voltigeur Dominicain a non seulement bien travaillé pour son équipe lors de la dernière campagne, mais a également été reconnu par la ligue comme l’un des joueurs les plus efficaces au bâton. Mercredi, il a été nommé finaliste pour le Hank Aaron Award, prestigieuse distinction remise annuellement au meilleur joueur offensif des deux ligues composant la MLB.

C’est donc dire que le nom de Teoscar Hernandez se range en compagnie de ceux de Mike Trout (Angels), José Ramirez (Indians), Brandon Lowe (Rays), DJ LeMahieu (Yankees), Nelson Cruz (Twins) et José Abreu (White Sox). Pas mal, me direz-vous.

Publicité

Même si les chances que le trophée aboutisse entre les mains du champ extérieur des Jays sont très minces, reste qu’une nomination dans une telle catégorie demeure un bel honneur et une belle façon de souligner la production constante et régulière d’un joueur qui s’est grandement amélioré.

De par son style de jeu, certains parlent d’une certaine ressemblance avec Joey Bautista, ancien des Jays et lui-même ancien récipiendaire du Hank Aaron Award (2010, 2011). Sans avancer que Teoscar Hernandez deviendra ce que Jose Bautista a été pour les Blue Jays, reste qu’il a éliminé les principes lacunes affectant négativement son jeu.

Après avoir eu de la misère au niveau de la moyenne au bâton et de la fréquence de ses retraits au marbre lors de ses deux premières saisons complètes avec Toronto, Hernandez a corrigé le tir et s’est ajusté dans ces deux aspects. Ayant cogné 16 longues balles et produisant 34 points sur une ligne de frappe de .289/.340/.579 en 50 matchs cette année, il avance certainement dans la bonne direction.

Default image
William Thériault
Combinant jeunesse, fougue et ambition, il a fait son entrée dans le paysage médiatique en 2016. Étudiant en journalisme au Cégep de Jonquière, il fait partie de Passion MLB, mais aussi d'AlleyOop360 et de la radio CKAJ 92.5 FM.
Alleyop360Attitude Football