Les meilleurs releveurs de l’histoire des Red Sox de Boston (partie 1)

Les Red Sox ont eu aussi d’excellents releveurs tant numéro un ou bien parfois des lanceurs avec un rôle bien particulier. Plusieurs lanceurs ont défilé en relève depuis des lunes. Mais certains ont fait toute une différence au fil des ans.

À lire aussi : les meilleurs partants, partie 3.

Publicité

Celui qui a été le plus dominant selon moi est bien connu de la Red Sox Nation du Québec, Jonathan Papelbon. Papelbon n’est pas passé inaperçu lors de son séjour à Boston. Un être égocentrique s’il en est un, Papelbon est devenu rapidement un favori de la foule, lui qui faisait son entrée sur le terrain avec la musique entraînante des Dropkick Murphys.

Il a participé à quatre classiques estivales. 2007 a été sans doute sa meilleure saison dans l’uniforme bostonnais. Il a remporté le titre de meilleur releveur dans la Ligue américaine. Il a de plus remporté la Série mondiale face aux Rockies du Colorado. Et il a été dominant lors des séries de fin de saison, spécialement en Série mondiale où il a sauvegardé trois parties, dont la dernière pour sceller une deuxième conquête de la Série mondiale en quatre ans pour les Red Sox. Il a cumulé une fiche de 23-19, une MPM de 2.44, 368 sauvetages et a retiré 808 frappeurs sur trois prises en 429.1 manches.

YouTube.com / Papelbon termine le 4e match de la Série mondiale de 2007 face aux Rockies du Colorado au Coors Field

Le prochain est Craig Kimbrel, qui n’a passé que trois saisons à Boston, mais il a aidé les Red Sox à remporter la Série mondiale de 2018 face aux Dodgers de Los Angeles. Il a d’ailleurs sauvegardé trois matchs lors de cette série. Il a été choisi un joueur étoile à chacune de ses années dans l’uniforme des Sox. En 2017, il est choisi comme meilleur releveur de la Ligue américaine avec une MPM de 1.43 et 35 sauvetages. Il a cumulé une fiche de 12-7, une MPM de 2,44, 108 matchs sauvegardés et 305 K en 184.1 manches.

YouTube.com / Kimbrel retire Juan Uribe des Indians de Cleveland

Les deux prochains sont Koji Uehara et Sparky Lyle.

Publicité

Koji Uehara est arrivé à Boston à l’âge de 38 ans. En avait-il encore dans le réservoir, que les partisans disaient? Ils ont bien vu que oui. Malgré son âge, il a su rendre de précieux services aux Red Sox. Il a terminé le dernier match de la Série mondiale de 2013 de belle façon. Il a sauvegardé deux matchs lors de la Série. Lors de cette même saison, lors de la série de championnat de la Ligue américaine, il a été choisi le joueur le plus utile. Il a participé au Match des étoiles en 2014. Au cumulatif, il a terminé avec une fiche de 14-13, 2.19 de MPM, 79 sauvetages et 291 K en 226 manches.

YouTube.com / Uehara qui termine le dernier match de la Série mondiale face aux Cardinals de St-Louis

Sparky Lyle a été plus connu comme un membre des Yankees de New York. Par contre, il a débuté sa carrière de belle façon à Boston. Lyle a débuté sa carrière en 1967 avec Boston, mais n’a pas participé à la Série mondiale. Il avait un avenir prometteur, mais après avoir passé cinq saisons à Boston, il est allé lancer pour le camp ennemi, soit les Yankees.

Durant ses cinq saisons dans l’uniforme des Red Sox, il a amassé de bonnes statistiques. Il a remporté 22 victoires contre 17 défaites, une MPM de 2.85, 69 sauvetages et 275 K en 331.1 manches. Un bon spécialiste gaucher qui pouvait lancer plus d’une manche à chaque sortie pour sauvegarder un match.

passionmlb.com-2020-09-10_19-51-08_909955
Photo: pintrest.com / Sparky Lyle à ses débuts en 1967

La suite à venir.

Default image
Paul Leblanc
Alleyop360Attitude Football