Les mauvais élèves au bâton de la saison 2020

Quelqu’un parmi vous aurait des nouvelles de Chris Davis? Pas moi.

Car si l’on parle en bien de son équipe cette année, le « puissant » (si on peut encore l’appeler ainsi) frappeur des Orioles est une fois de plus passé complètement au travers de sa saison, faisant lamentablement « honneur » au 23 millions $ qu’il a touchés en 2020. Davis, blessé au genou, n’a joué que 16 matchs en 2020 pour les Orioles. En 52 passages au bâton, il n’a frappé que six coups sûrs et a quand même trouvé le moyen de se faire retirer 17 fois sur des prises, sans frapper le moindre circuit . Sa slashline en dit long : .115/.164/.173. Chris Davis est mauvais. Anyway, il ne jouera plus de la saison.

Publicité

Outre le frappeur des Orioles, plusieurs joueurs ont statistiquement raté leur saison et se retrouvent au bas des classements statistiques avec des chiffres peu glorieux. Vous verrez, il y a de jolis noms. Faisons un petit tour d’horizon des mauvais élèves de la saison 2020.

Toute une cohorte sous la Mendoza Line

Nombreux sont les joueurs qui, cette saison, ont une moyenne au bâton sous les .200. Ce ne sont pas des frappeurs suppléants, mais bien des joueurs qui sont sur les terrains tous les jours. Quelque chose me dit que sur une saison de 162, certains d’entre eux auraient eu droit à quelques matchs sur le banc, voire à l’étage inférieur histoire de régler quelques détails mécaniques, mais « grâce » à la saison écourtée, les gérants n’ont pas eu d’autre choix que de faire comme si de rien n’était.

Publicité
  • Le pire élève de la saison à date se nomme Evan White. Le joueur des Mariners frappe pour .178 (28 en 157) et aucun des joueurs réguliers du classement n’a frappé moins de coups sûrs que lui. Ses 70 strikeouts en font un des maîtres en la matière.
  • Bryan Reynolds des Pirates suit derrière avec un solide .180 de moyenne. Bon, il joue pour les Pirates, on aurait presque envie de l’excuser.
  • Pour Joey Gallo (.187 BA), on est un peu moins surpris. On sait qu’il frappe des circuits (10 cette saison), et c’est peut-être la seule chose qu’il sait faire.
  • Suivent ensuite des noms qu’on n’aurait pas imaginé retrouver à cet endroit. Max Muncy (.189 BA) et Kyle Schwarber (.190 BA). Hormis leurs 10 longues balles chacun, aucun des deux n’offre la garantie d’un coup sûr lorsqu’ils sont dans la boîte des frappeurs. Au moins, cela n’a pas eu d’impact sur leurs équipes respectives, mais cela pourrait faire la différence à court terme lors des séries éliminatoires. Les gérants ne devront pas hésiter à les mettre sur le banc si la disette se poursuit!

  • Sous les .200 de moyenne au bâton, on retrouve aussi à égalité Eduardo Escobar (.191) et Carlos Santana (.191). Pour Santana, c’est une surprise. Le joueur des Indians nous avait habitué à beaucoup mieux. Cependant, s’il ne frappe pas bien, il se rend au moins sur les buts, en témoignent ses 43 buts sur balles et son .356 d’OBP. (Pardonné!)
  • On ferme la marche avec le joueur des Reds Eugenio Suarez (.195) et celui des A’s Matt Olson (.197). Le premier bon-mauvais frappeur à plus de .200 au bâton se nomme Javier Baez (.205) et c’est lui qui a en poche la pire moyenne de présence sur les buts (OBP) de la ligue avec .242.

À la peine aussi cette saison, on retrouve Pete Alonso (.207/.303/.424), J.D. Martinez (.205/.287/.373), et Anthony Rizzo (.212/.332/.386). Pour Christian Yelich (.212/.350/.452) ça semble aller un peu mieux. Si la moyenne au bâton fait toujours pitié, son OBP et son SLG ont, il faut l’avouer, un peu plus d’allure.

passionmlb.com-2020-09-21_17-20-46_252052
Capture d’écran : Baseball-Reference

Faire partie de cette liste peu glorieuse doit donner de bons maux de tête aux joueurs concernés. Mais dans cette saison si particulière, plus rien ne nous surprend, n’est-ce pas?

Default image
Sébastien Tabary
Alleyop360Attitude Football