Les Blue Jays pourraient vouloir miser sur Ken Giles cet hiver

Il est très dommage de voir que les blessures de Ken Giles l’empêcheront de jouer pour le reste de la saison et en 2021 suite à une opération Tommy John. Étant l’un des meilleurs closer du baseball, il est clair qu’il aurait aimé participer au tournoi éliminatoire de son équipe, alors que les Blue Jays sont maintenant en voie de faire les séries.

Les Jays devront donc se priver de lui, à l’approche du mois d’octobre. Jusqu’à tout récemment, c’est grandement Anthony Bass qui a pris le rôle du closer de l’équipe. Rafael Dolis est blessé et Jordan Romano est un autre grand nom dans l’enclos dont les Jays doivent se priver présentement. Les Ryan Borucki, Anthony Kay, T.J. Zeuch, Shun Yamaguchi, Thomas Hatch et Jacob Waguespack, entre autres, ont été très utiles dans l’enclos de Toronto. Mais il y a également un autre nom qui pourrait très bien servir de remplaçant pour Ken Giles dans les prochaines semaines, et c’est celui de Nate Pearson.

Publicité

Charlie Montoyo a donné mercredi une mise à jour sur son jeune lanceur et a précisé qu’après avoir lancé ces derniers jours, il se rapproche de plus en plus d’un retour au jeu. On sait maintenant qu’il ne reviendra pas dans l’alignement avec l’étiquette de partant, mais il conserve tout de même une bonne chance de percer l’enclos des releveurs. Et s’il revient la semaine prochaine, il pourrait très bien prendre la place de Ken Giles durant la neuvième manche.

Une blessure au coude a tenu Nate Pearson à l’écart du jeu depuis le 18 août dernier.

Conserver Giles pour l’an prochain

Pour revenir à Ken Giles, les Blue Jays auront comme priorité durant la saison morte de la garder avec eux. Même s’il ne jouera pas pour toute la campagne 2021, Toronto doit quand même considérer l’avenir et tenter de le garder dans leur organisation le plus longtemps possible.

En gros, avec le fait que les Blue Jays ont affaire avec un releveur d’élite, l’équipe veut aussi éviter de le garder. Voilà pourquoi l’équipe pourrait lui offrir un contrat de deux ans. La première année servirait de réhabilitation et la deuxième année serait remplie de bonus, question de ne pas perdre au change s’il ne performe pas.

Publicité

L’équipe pourrait se baser sur la situation de David Phelps, dans lequel le lanceur a été échangé aux Cubs de Chicago en 2019 pour ensuite atterrir sur le marché des agents libres. Au final, la gestion de la situation a bénéficié les deux camps, le joueur et l’équipe. Et selon Phelps, le marché des agents libres pour les joueurs est une bonne expérience divertissante… sauf pour ceux qui sont blessés.

Toutefois, Phelps soutient que pour les joueurs blessés, les équipes peuvent démontrer un certain intérêt envers eux, mais ça n’aboutira à peu près nulle part. Les équipes veulent voir un progrès avec les joueurs, une mise à jour de leur progression de manière régulière, ce qui s’avère plus compliqué lorsqu’il y a des blessés.

On peut donc imaginer que ce n’est pas exactement ce que Giles veut, cet hiver. Sans parler de la pandémie qui prend de plus en plus d’ampleur, tant au Canada qu’aux États-Unis, il est sûr que la tournure des choses va s’avérer plus difficile.

Est-ce qu’il signerait un tel contrat? Qui sait.

Default image
Daniel Birru
Alleyop360Attitude Football