L’impressionnante remontée des Blue Jays sabotée par une relève peu inspirée

Mercredi soir, les Blue Jays de Toronto se sont inclinés face aux Marlins de Miami en 10e manche au terme d’un match décousu qui laisse un goût amer dans la bouche. Un match dans lequel il y a eu de tout : des longues balles, des points, des buts volés, mais aussi beaucoup d’erreurs.

Avec un score final de 14 à 11 en faveur des visiteurs et un total de 32 coups sûrs frappés, vous vous doutez bien qu’il a du s’en passer des choses.

Nate Pearson fantomatique

S’il cherchait un match référence, Nate Pearson peut oublier celui-là à jamais. Le jeune partant des Blue Jays n’a pas existé une seule minute sur la butte du Sahlen Field et a été chassé après seulement deux manches et un tiers, non sans avoir concédé sept points (quatre mérités) et quatre buts sur balles à ses adversaires. Pearson a été puni dès la première manche en servant sur un plateau à Brian Anderson une rapide à 97 MPH que le joueur des Marlins n’a pas manqué de propulser derrière la clôture.

Publicité

Il faut dire, Nate Pearson n’a pas vraiment été aidé par sa défense et Vladimir Guerrero Jr., qui avait là l’occasion de montrer à son gérant qu’il était capable de jouer au premier but, a fait tout l’inverse de ce qu’on attendait de lui. Une sérieuse remise en question va devoir se faire chez le Junior et au plus vite.

Guerrero commettra deux erreurs dans la partie.

Après seulement deux manches et demi de jeu, les Jays étaient menés 8 à 0 par les surprenants Marlins.

Sursaut d’orgueil

Alors qu’on pensait que les Blue Jays de Buffalo se dirigeaient tout droit vers la fessée de l’année, les joueurs de Charlie Montoyo ont entamé un comeback qui pourrait rester une source d’inspiration pour le reste de la saison.

Teoscar Hernandez a ouvert un bal qui durera six manches, six manches dans lesquelles les Jays frapperont un total de sept longues balles, leur permettant de recoller au score 11 à 11 à l’amorce de la neuvième manche.

Rowdy Tellez, Danny Jansen, Vladimir Guerrero Jr., Bo Bichette (encore lui) et Travis Shaw par deux fois sont les heureux bucherons du soir.

Publicité

C’était plutôt sympa à regarder.

Bo Bichette a connu toute une soirée avec cinq coups sûrs en autant de présence. Il devient le plus jeune arrêt-court à frapper cinq hits dans un match (dont un circuit) depuis Cal Ripken Jr.

Match référence ou à oublier?

Avec un score à égalité 11 partout en fin de neuvième manche, une dixième joute devenait inévitable et on sait que rendu en dixième avec un coureur automatique au deuxième but, le reste du match prend l’allure d’un coin toss.

Si mardi soir la manche supplémentaire avait souri aux Jays, mercredi ce sont les Marlins qui en ont tiré profit en ajoutant trois points de plus à leur production de la soirée, la faute à une sortie désastreuse du numéro 41 des Jays Rafael Dolis (0,2 manche, trois points, un BB, une erreur). Toronto ne reviendra pas.

Quels enseignements tirer de ce match? Il ne faut pas tomber dans le piège et masquer la piètre performance de certains joueurs derrière les sept circuits frappés ce soir. Je n’entrerais pas dans les détails, mais voici une liste qui porte à réfléchir.

  • Les Blue Jays ont encaissé 14 points dont huit dans les trois premières manches trois manches. Où sont les lanceurs?
  • Doit-on s’inquiéter pour Nate Pearson?
  • Où faire jouer Vladimir Guerrero Jr.? (deux erreurs ce soir)
  • Y a-t-il un releveur prêt à ne pas saboter une rencontre qui aurait pu être le comeback de l’année pour Toronto?
  • Le Sahlen Field est-il un paradis pour les frappeurs?
  • Que fait Charlie Montoyo?

Heureusement, tout n’est pas sombre pour l’équipe canadienne. Bo Bichette continue de jouer comme s’il était dans la ligue depuis 10 ans et Travis Shaw fait figure de bon vétéran « recrue ».

Néanmoins, il reste encore beaucoup de travail aux Blue Jays pour ne plus perdre ce genre de matchs face à des adversaires très mauvais qu’on n’attendait pas à ce niveau.

Default image
Sébastien Tabary
Alleyop360Attitude Football