Cavan Biggio se veut un acteur important de la résurgence des Blue Jays

Mine de rien, les Blue Jays de Toronto se montrent le bout du nez et seront à prendre au sérieux pour une place en séries d’après-saison.

Montrant un dossier de 12-11, grâce à un rendement de sept gains lors de leurs dix derniers duels, l’équipe torontoise a de quoi se bomber le torse, car très peu d’experts avaient envisagé tel scénario à la reprise des activités en juillet.

Plusieurs joueurs, dont le jeune Cavan Biggio, ont leur mot à dire dans les récents succès de l’équipe.

Publicité

Biggio, 25 ans, est en bonne posture pour devenir l’une des prochaines vedettes du club. Il fait tout avec professionnalisme et avec justesse, sans retenir l’attention à tout moment.

Il est souvent noyé à travers les manchettes qui font état des prouesses des Bichette, Guerrero Jr. et compagnie. Mais, détrompez-vous, il n’en est pas moins efficace et talentueux.

Après un début de saison plutôt lent, il a repris du poil de la bête et frappe maintenant pour .289 depuis qu’il est au sommet de l’alignement partant.

Les Blue Jays voient en lui un joueur comparable à Ben Zobrist et Marwin González en terme d’efficacité et de retombées pour l’équipe.

Bien à Buffalo

Concernant le rendement de l’équipe, Randal Grichuk se dit maintenant heureux du fait de jouer des matchs à Buffalo. Il est d’avis que les joueurs ont réalisé que de prendre possession des lieux et s’en accommoder serait profitable pour eux.

Bien que des doutes subsistaient à leur arrivée dans la ville des « ailes piquantes », Grichuk, en bon vétéran, a pris les choses en main et laisse parler son talent pour le bien de cette jeune formation.

Publicité

La date limite approche à grands pas

Avec le rendement des siens, Ross Atkins n’aura d’autres choix que d’écouter les offres afin d’améliorer son club en prévision d’étirer la saison 2020.

Au cours d’une année irrégulière qui verra pas moins de huit équipes se présenter en séries, Atkins doit être prudent, mais doit aussi prendre conscience que tout est possible. Oui, les blessures à Giles, Bichette et Pearson viennent brouiller les cartes, mais l’espoir doit demeurer.

Un aspect doit être le point de mire et c’est l’amélioration de la rotation des lanceurs partants. Facile à dire, mais combien exigeant comme travaux à réaliser.

Des solutions ailleurs

Avec la blessure à Nate Pearson, la seule présence rassurante au monticule s’avère être Hyun-Jin Ryu. Tanner Roark se bat face à un problème de maîtrise de ses tirs, Matt Shoemaker n’est pas l’ombre de lui-même et Chase Anderson se remet d’une blessure.

Si les Jays souhaitent faire un bout de chemin en séries, ils ne peuvent compter sur les jeunes qui frappent à la porte et devront donc se tourner vers des bras venus d’ailleurs.

Plusieurs noms circulent et seraient disponibles au moment venu. On parle ici de Lance Lynn, Mike Minor, Taijuan Walker, Kevin Gausman, Johnny Cueto, Alex Cobb et possiblement Dylan Bundy.

Quel sera le prix à payer pour améliorer la rotation des partants? La question reste entière. Les Jays devront aussi penser ajouter des joueurs fiables en défensive, car des lacunes subsistent encore à ce chapitre.

 

Default image
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Alleyop360Attitude Football