Autonomie : leçon apprise pour Kevin Pillar

L’hiver dernier, Kevin Pillar a appris à la dure la vie de joueur autonome. Après avoir quitté les Giants à la fin de la saison 2019, l’ancien des Blue Jays s’est retrouvé libre comme l’air. Il n’a finalement trouvé un emploi chez les Red Sox que tout juste avant le début du camp d’entrainement à un salaire moindre que l’année précédente.

Ce délai lui a cependant appris sa vraie valeur et l’a amené à s’améliorer.

Publicité

Dans une entrevue à Chris Cotillo de MassLive, Pillar fait le point sur son début de saison et comment il approche son rôle avec les Red Sox. Chez les Blue Jays et les Giants, le voltigeur était un partant régulier, titre qu’il n’a pas chez les Sox. En 12 matchs, il a été de l’alignement partant à seulement sept reprises comme voltigeur (et une autre fois comme frappeur désigné), derrière Benintendi, Bradley Jr. et Verdugo.

Cette position de quatrième voltigeur est la leçon qu’a apprise Pillar cet hiver : sans travail, on perd des plumes.

J’ai appris sur moi-même et sur ma valeur en tant que joueur. Mais ça ne m’empêche de continuer et m’améliorer et à pousser à être le joueur que je pense et sais être. J’ai compris que je devais faire des changements et c’était une priorité pour moi lors du camp d’entrainement.

Kevin Pillar, Red Sox

Il a donc travaillé avec des entraineurs au bâton de haut niveau pour retravailler certains aspects de sa mécanique pour la peaufiner. Il a aussi travaillé la façon dont il s’adapte à chaque lanceur.

Publicité

Tout un départ!

Même s’il est quatrième voltigeur, Pillar a un incroyable début de saison. Comme il le dit si bien dans l’entrevue, il profite de chaque occasion qui se présente pour montrer que sa valeur peut encore s’améliorer à 32 ans. En 39 présences au bâton, il maintient une ligne de frappe de .342/.359/.526, en route vers la meilleure saison de sa carrière (s’il maintient le rythme). Son OPS+ de 146 le place bien en avant du reste de la ligue (moyenne : 100).

De retour sur le marché de l’autonomie à la fin de la saison, Pillar a besoin d’une bonne saison pour garder espoir de signer un lucratif contrat à la hauteur des 5,8 millions $ qu’il a empochés en 2019. Surtout que la lutte s’annonce chaude pour les voltigeurs sur le marché de l’autonomie avec de gros noms comme Marcell Ozuna, Nick Castellanos, Starling Marte et plusieurs autres qui seront aussi de la partie, sans compter son coéquipier Jackie Bradley Jr.

passionmlb.com-2020-05-18_14-56-51_236082

Default image
Fred Lamontagne
Joindre deux passions: l'écriture et le baseball. Je m'intéresse particulièrement au développement de joueurs et leur progression vers le Show, et au baseball comme business.
Alleyop360Attitude Football