Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les meilleurs receveurs de l’histoire des Red Sox de Boston

Je m’aventure maintenant dans la prestigieuse histoire de la fameuse équipe de la Nouvelle-Angleterre, les Red Sox de Boston. Cette équipe qui est adorée également de la partisanerie du Québec est riche en joueurs de talents depuis le tout début de leur histoire, qui date de 1901. Cette grande équipe a remporté neuf titres de la Série mondiale. On connaît aussi la malédiction du Bambino, qui avait été échangé aux Yankees.

Ça a pris par la suite 86 longues années et plusieurs générations de partisans avant de savourer la Série mondiale de 2004. J’essaierai de vous faire connaître et reconnaître plusieurs grands joueurs de cette prodigieuse et riche franchise. Voici maintenant les meilleurs receveurs de l’histoire des Red Sox de Boston.

À lire aussi : la série sur les Rays.

Publicité

Mon tout premier choix a été intronisé au Temple de la renommée du baseball en 2000 avec 79.6 % des voix, il se nomme Carlton Fisk. Fisk avait été le quatrième choix au total en juin 1967. Les Red Sox ont toujours eu un faible pour les joueurs des États autour de la Nouvelle-Angleterre. Fisk, un natif du Vermont, a joué durant 11 saisons à Boston avant de se retrouver avec les White Sox de Chicago. Il a joué en 1969 sporadiquement avant de s’établir comme receveur numéro un en 1972. Cette même saison, il a été nommé recrue de l’année dans la Ligue américaine. Il avait également remporté un Gant doré en 1972.

Durant sa carrière à Boston, il a participé à sept reprises au Match des étoiles. Bon receveur défensif ayant commis 98 erreurs, il était un redoutable frappeur. Affichant une excellente moyenne au bâton de .284, il a frappé 1097 coups sûrs, 207 doubles, 162 circuits et produit 568 points. Par contre, on se souviendra toujours de lui lors du sixième match de la Série mondiale de 1975 face aux Reds de Cincinnati. Il a frappé un circuit qui a cogné le poteau de démarcation dans la gauche.

Mais ce sont surtout ses mimiques qui retiendront à jamais l’imaginaire des partisans de baseball de partout. Après avoir fait contact avec la balle, il gesticulait à la balle de rester à l’intérieur des limites du terrain…le reste fait partie de l’histoire. J’ai été privilégié de le voir jouer. Son numéro 27 a été retiré par les Red Sox.

YouTube.com
Carlton Fisk frappant son mythique coup de circuit face à Pat Darcy des Reds de Cincinnati au Fenway Park lors du sixième match de la Série mondiale de 1975

Mon deuxième choix est bien connu du public québécois, lui qui a joué toute sa carrière de quinze saisons à Boston, le capitaine Jason Varitek. Varitek a été l’âme des Red Sox lors de leur première Série mondiale en 86 ans. Un excellent leader, Varitek a été nommé capitaine de son équipe en 1997, et ce, jusqu’à la fin de sa glorieuse carrière en 2011. Varitek était un bon receveur défensif (69 erreurs) et excellait à diriger son personnel de lanceurs. Il a d’ailleurs remporté un Gant doré en 2005.

Il était aussi un respectable frappeur qui pouvait frapper des deux côtés du marbre. Il a cumulé une fiche de .256, 1307 coups sûrs, 306 doubles, 193 circuits et 757 PP. Jason a participé à trois Matchs des étoiles. Il a participé sept fois aux séries d’après-saison et par le fait même, remporté à deux occasions la Série mondiale en 2004 et 2007. Varitek n’était peut-être pas le joueur le plus talentueux, mais il avait le coeur à la bonne place. Un joueur très combatif que j’ai toujours eu du plaisir à regarder évoluer.

YouTube.com
Varitek frappe un triple de deux points face aux Cardinals de St-Louis lors du deuxième match de la Série mondiale de 2004 au Fenway Park

Mon troisième choix est un receveur qui a évolué avec les Red Sox il y a belle lurette, soit de 1951 à 1959. Sammy White était un excellent receveur défensif. En neuf saisons avec l’équipe, il a commis 76 erreurs, mais il était surtout reconnu pour son bras puissant. Il a dominé la Ligue américaine à deux reprises avec le meilleur pourcentage pour retirer les coureurs en tentative de vol, soit avec 55.3 % en 1952 et 56.8 % en 1958.

Il savait aussi se servir d’un bâton avec une fiche de .264, 881 coups sûrs, 162 doubles, 63 circuits et 404 PP.

Publicité
passionmlb.com-2020-07-17_15-56-08_543367
Crédit photo: sabr.com

Mon quatrième choix est lui aussi un gars venant de la Nouvelle-Angleterre. Rich Gedman est un natif du Massachusetts qui a joué pour les Red Sox de 1980 à 1990. Gedman était lui aussi reconnu pour son jeu défensif, lui qui était muni d’un bras canon. Lors de trois saisons consécutives, soit de 1984 à 1986, il a mené au chapitre des coureurs harponnés en tentatives de vol avec 53, 53 et 54.

Il a commis 84 erreurs. Il a également participé à deux classiques du Match des étoiles. Il a cumulé une fiche de .259, 741 coups sûrs, 164 doubles, 83 circuits et produit 356 points.

passionmlb.com-2020-07-17_16-17-17_096317
Crédit photo: dreamstime.com

Mon cinquième choix est aussi bien connu du public québécois, lui qui a joué pendant plusieurs années pour les Pirates de Pittsburgh. Tony Pena a joué pendant quatre saisons avec les Red Sox de 1990 à 1993. Pena était reconnu pour avoir tout un bras. Il était toujours un des meilleurs receveurs défensifs des Majeures chaque saison.

À Boston, il n’a commis que 20 erreurs en quatre ans. En 1991, il a harponné 40 coureurs pour dominer à ce chapitre dans la Ligue américaine. En attaque, il a cumulé une fiche de .234, 390 coups sûrs, 74 doubles, 17 circuits et 161 PP.

YouTube.com
Meilleurs moments en carrière de Tony Pena avec les Red Sox de Boston

Mentions honorables

J’ai quatre mentions honorables. Les deux premiers ont évolué à des époques lointaines. Ces deux joueurs sont également des natifs de la Nouvelle-Angleterre.

Le premier est Bill Carrigan, natif du Maine, qui a joué pour les Red Sox en 1906 et de 1908 à 1916. Il était un des coéquipiers de Babe Ruth de 1914 à 1916. Il était excellent en défensive. En 1914, il avait retiré 57.7 % des coureurs en tentatives de vol. En attaque, il a amassé une fiche de .257 avec 506 coups sûrs et 235 PP.

Birdie Tebbets, natif du Vermont, a joué avec les Red Sox de 1947 à 1950 juste après avoir servi trois ans lors de la Deuxième Guerre mondiale. Il a participé à deux Matchs des étoiles. Il a cumulé une fiche de .287, 404 coups sûrs, 60 doubles, 19 circuits et 189 PP.

Publicité

Wally Schang était le receveur lors de la conquête de la Série mondiale de 1918, la dernière avant celle de 2004. Schang aussi a eu Babe Ruth comme coéquipier à Boston en 1918. Lors de la conquête de la Série mondiale de 1918, il avait frappé pour .444. Il a cumulé une fiche de .291, 274 coups sûrs et 123 PP lors de ses trois saisons, de 1918 à 1920. Il ira rejoindre son bon ami Ruth avec les Yankees quelques saisons plus tard.

Mon dernier est Jarrod Saltalamacchia. « Salty » a joué pour les Red Sox de 2010 à 2013. En quatre saisons, il a cumulé une fiche de .243, 293 coups sûrs, 83 doubles, 55 circuits et 181 PP. Il frappait des deux côtés du marbre. Il était bien ordinaire défensivement. En 2012 et 2013, il a alloué 80 et 89 coureurs à voler contre lui.