J-Lo et A-Rod ont mon vote pour l’obtention des Mets de New York

Mes parents m’ont toujours dit que, dans la vie, si je voulais, je pouvais. Ceux de Jennifer Lopez et Alex Rodriguez ont sûrement enseigné la même chose à leurs enfants, car, tels Frodon et Sam dans Le Seigneur des anneaux, ils persévèrent sans relâche dans leur quête, soit celle de devenir propriétaires de la franchise des Mets de New York.

Une diversité plus que nécessaire

Ok, je l’avoue, d’un point de vue bien personnel, j’aimerais beaucoup que ce soit le couple royal new-yorkais qui se porte acquéreur des Mets. Pourquoi? Premièrement, parce qu’un peu de diversité au sein des hautes sphères du baseball majeur ne ferait pas de tort. À l’heure actuelle, seul le propriétaire des Angels de Los Angeles, Arte Moreno, est d’une autre origine ethnique que caucasienne. Lui aussi est latino. Même s’ils ont grandi aux États-Unis, l’ancienne gloire du baseball et la chanteuse émérite sont d’origines latines et sont excessivement fiers de leurs racines.

Publicité

Cela aurait un impact, à coup sûr. Pour l’histoire, on se souviendra qu’à l’époque, une des raisons pour laquelle Albert Pujols avait décidé de continuer sa carrière en Californie avec les Angels et non à St-Louis était dû au fait que le proprio du club était d’origine latine. Avec J-Lo et A-Rod, ce même scénario pourrait se reproduire avec d’autres joueurs étoiles latins.

Aussi, en toute transparence, je suis vraiment pour l’empowerment et l’émancipation des femmes et j’adorerais l’idée qu’une femme forte de la trempe de J-Lo fasse partie du cercle des 30 propriétaires. De surcroît, en plus de tout ça, ce serait une femme latine. Elle a du charisme, elle a du talent, elle pourrait attirer chez les Mets une nouvelle clientèle à elle seule avec tout son bagage de vie.

Enfin, les deux représentent New York à fond! Ils comprennent le marché et sont capables de supporter toute la pression qui vient avec le fait d’être propriétaire d’un club sportif new-yorkais. Le surnom de Jennifer Lopez est Jenny from the block, (le block) représentant le Bronx. Elle y fait souvent référence, ça fait partie intégrante d’elle! Pour sa part, monsieur Rodriguez est né à Manhattan, mais, surtout, est attaché à la ville de New York de par son passage tumultueux avec les Yankees. Il fait partie des immortels new-yorkais de par sa stature de super-vedette sportive à l’image de Sinatra, musicalement parlant.

Publicité

Je suis persuadé que les deux feraient tout en leur pouvoir pour redonner leurs lettres de noblesse à l’équipe que l’on surnomme méchamment l’autre équipe de New York. Après tout, les Mets sont nés du déménagement vers la côte ouest des Dodgers et des Giants, ils sont venus combler un vide…

Ils sortent le gros argent

Certes, le couple glamourous n’est pas seul. Ils ont d’autres investisseurs dans leur consortium. Cependant, là où ça devient intéressant, est que ce sont eux qui déposeraient le plus d’argent sur la table parmi leur groupe. Boom! Comme quoi ils sont à prendre au sérieux.

Ils veulent vraiment devenir propriétaires des Mets et je peux les comprendre, car si moi aussi j’avais les poches profondes, je rêverais de posséder un club sportif de prestige et de renom comme les Mets le sont. À suivre. 

Default image
Maxime Trudeau
Partisan #1 des Royals de Kansas City. Joueurs favoris: Whit Merrifield, Christian Yelich. Passion pour tout ce qui touche le monde du sport et le milieu agricole. Le Plateau Mont-Royal, Montréal. Bachelier Université du Québec à Rimouski, Communication Relations humaines.
Alleyop360Attitude Football