Edwin Diaz se voit encore releveur numéro un des Mets

En 2018, avec les Mariners, Edwin Diaz a connu une saison de rêve. Un bilan de 57 parties sauvegardées lui a valu une présence au Match des étoiles et des nominations au titre de joueur le plus utile de l’Américaine et au trophée Cy Young.

En atterrissant dans la cour des Mets en 2019, Diaz croyait bien poursuivre sur sa lancée. Cependant, le lendemain de veille a été douloureux et le releveur a vu ses performances se détériorer à ce point que le doute persiste concernant son rôle à l’aube de la saison 2020.

Publicité

À sa première saison chez les Mets, Diaz n’a pas aidé sa cause en enregistrant une moyenne de points mérités de 5.59, en 58 manches lancées. Il a réussi un total de 26 sauvetages, mais en a aussi bousillé sept en 33 tentatives.

Il devrait rebondir

Malgré cette décevante campagne, il se voit encore le releveur de confiance de son gérant Luis Rojas.

Dans le cadre d’une saison écourtée, le rôle de chacun des joueurs sera amplifié et la pression sera forte sur les épaules de Diaz. Pour le moment, la compétition au poste de closer n’est pas très forte et elle vient principalement de Dellin Betances et de Jeurys Familia.

Publicité

Au camp d’entraînement printanier, Betances tentait un retour suite à une blessure. Pour le moment, il fait bonne impression auprès de Rojas.

Cependant, le rôle de celui qui doit terminer les matchs appartient toujours à Edwin Diaz et c’est à lui de le perdre. D’ailleurs, il n’a pas pris les choses à la légère durant la pause de la COVID-19 et s’est entraîné dans un stade près de chez lui à Puerto Rico en compagnie de certains joueurs de la MLB, dont Kennys Vargas, un membre des Twins en 2019.

On dit souvent que pour un lanceur de relève dominant, tout se passe entre les deux oreilles. En 2020, Diaz aura besoin de toutes les ressources disponibles afin de redevenir celui qu’il était à Seattle, en 2018.

Default image
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Alleyop360Attitude Football