Les meilleurs voltigeurs de droite de l’histoire des Rays

Le poste de voltigeur de droite chez les Rays de Tampa Bay a toujours manqué de stabilité, et ce, malgré qu’il y en a eu des bons. Celui qui y a joué le plus longtemps a été blessé plus souvent qu’à son tour. J’irai faire un retour dans le lointain passé des Rays pour y trouver les meilleurs. Voici mon top-5.

À lire aussi : les meilleurs voltigeurs de centre.

Publicité

Mon premier choix est bien connu des amateurs pour l’avoir vu évoluer de 2015 à 2017 face aux Blue Jays, soit Steven Souza Jr. Malgré qu’il n’ait joué que trois saisons à Tampa, Souza Jr. s’est montré comme un joueur parfait dans le moule des Rays. Un excellent joueur en défensive qui donne toujours tout ce qu’il a, il n’a commis que 10 erreurs en 669 chances. Ce n’est pas le plus rapide des voltigeurs, mais il est muni d’un bon bras.

En attaque, il a cumulé une fiche de .238, 315 coups sûrs, 53 doubles, 63 circuits et 167 PP. Il a connu sa saison la plus productive à sa dernière campagne à Tampa. Il avait frappé 30 coups de circuit et 21 doubles.

YouTube.com
Souza Jr. frappe son premier walk off face aux Brewers au Tropicana Field

Mon deuxième choix est présentement le gérant des Twins du Minnesota, Rocco Baldelli. Baldelli était voué à un brillant avenir avec les Devil Rays, mais les blessures sont venues gâcher une belle carrière. Baldelli a évolué à Tampa en 2003-2004, en 2006-2008 et en 2010. Il n’a joué régulièrement qu’en 2003 et 2004, lui qui a raté toute la campagne 2005 et n’a jamais pu retrouver sa forme lors des saisons suivantes. Baldelli est un produit de l’organisation, lui qui était voué à une belle carrière.

Il a amassé une fiche de .280, 531 coups sûrs, 99 doubles, 60 circuits et 262 PP. En 2003, il avait terminé au troisième rang au titre de recrue de l’année dans la Ligue américaine. Il avait connu une excellente saison recrue avec une moyenne de .289, 184 coups sûrs, 32 doubles, 11 circuits et 78 PP. Maintenant, il applique son savoir faire aux joueurs de l’organisation des Twins.

YouTube.com
Baldelli frappe un grand chelem face aux Twins au Minnesota au Metrodome en 2004

Mon troisième choix a grandi dans le giron du baseball. Ben Grieve est le fils de Tom Grieve, qui est maintenant commentateur des Rangers du Texas. Tom Grieve a joué durant neuf saisons au baseball majeur, a été directeur gérant des Rangers et y est maintenant commentateur. Le jeune Ben avait un très bon exemple devant lui. Ils composent le seul duo père-fils à avoir été repêché en première ronde. Le paternel a été sélectionné sixième rang et Ben, au deuxième rang.

Ben a eu de bons moments avec les Devil Rays de 2001 à 2003, soit durant trois saisons. Il était un bon voltigeur comme le démontre sa fiche de sept erreurs en 397 chances. Il a cumulé une fiche de .254, 302 coups sûrs, 67 doubles, 34 circuits et 153 PP. Il a connu sa meilleure saison avec les Devil Rays en 2001 frappant 30 doubles, 11 circuits en plus de produire 72 points.

Publicité
YouTube.com
Grieve frappe un retentissant circuit face aux Orioles au Camden Yards

Mon quatrième choix est un gars bien connu du public montréalais. Il a joué pour les Expos et est maintenant le gérant des Nationals de Washington, Dave Martinez. Martinez a été le premier voltigeur de droite régulier de l’équipe en 1998. Il y a joué de 1998 à 2000. Martinez a toujours été un bon joueur et non un grand joueur. Il a toujours été un bon voltigeur défensif tout au long de sa carrière. En trois saisons, il n’a commis que quatre erreurs. Il a mené la Ligue américaine en 2000 avec 15 assistances.

Il a cumulé une fiche de .272, 252 coups sûrs, 40 doubles, 10 circuits et 98 PP. Il a connu sa meilleure campagne à Tampa en 1999 avec 146 coups sûrs, dont 25 doubles. Après sa carrière de joueur, il a fait longtemps ses classes aux côtés de Joe Maddon avant de devenir le gérant des Nats.

YouTube.com
Martinez obtient le premier coup sûr de l’histoire des Devil Rays en 1998 au Tropicana Field face aux Tigers de Détroit

Mon cinquième choix était lui aussi voué à une belle carrière avec les Rays. On disait que lui et Longoria seraient tout un « one two punch » dans l’alignement. Wil Myers n’a joué à Tampa que deux saisons, soit en 2013 et en 2014. Ce jeune était bourré de talent. Il a connu toute une première saison dans les Majeures, remportant le titre de recrue de l’année en 2013. En seulement 88 matchs, il avait réussi à frapper 23 doubles, 13 circuits et 53 PP. Une belle projection pour les années à venir. Il a commis quatre erreurs en 289 chances. Il a amassé une fiche de .258, 170 coups sûrs, 37 doubles, 19 circuits et 88 PP en seulement 175 matchs.

En décembre 2014, il a été échangé dans un échange à trois équipes et les Rays n’ont jamais eu le retour escompté sur l’investissement.

YouTube.com
Myers frappe le premier circuit de sa carrière au Yankee Stadium face aux Yankees en y allant d’un grand chelem

Mentions honorables

J’ai deux joueurs dans ma section de mentions honorables.

Il y a le bon vieux Jonny Gomes, qui a rendu de précieux services aux Devil Rays durant six saisons, de 2003 à 2008. Il a frappé pour .235, 297 coups sûrs, 60 doubles, 66 circuits et 184 PP. On se souviendra de lui en 2013. Il était un membre de l’édition des Red Sox de Boston qui a rempoté la Série mondiale avec sa longue barbe.

Mon autre est le présent voltigeur de droite, Austin Meadows. Jusqu’à présent dans sa courte carrière avec les Rays, il a frappé pour .289, 160 coups sûrs, 30 doubles, 34 circuits et 93 PP. Il est aussi un excellent voltigeur et il a mérité une place sur l’équipe d’étoiles en 2019.

Default image
Paul Leblanc
Alleyop360Attitude Football