Le cynisme s’invite dans le débat entre les proprios et les joueurs

La valse-hésitation à laquelle nous assistons, impuissants depuis plusieurs semaines, vient de passer à un niveau supérieur d’irritation.

Nous le savons, les historiques de conflits dans le baseball majeur sont nombreux et ont toujours laissé un goût amer dans la bouche des amateurs, particulièrement pour nous Québécois.

Publicité

La belle rhétorique utilisée jusqu’à présent au cœur des discussions concernant une saison écourtée, se veut désormais plus vitriolique et nous en sommes encore les victimes.

Dans une missive de cinq pages s’adressant aux joueurs, les autorités des Majeures y livrent un bien drôle de message. En effet, le commissaire adjoint, Dan Halem, résume toute la frustration vécue par la partie patronale au cours des trois derniers mois.

D’ailleurs, cette lettre s’intitulant Résolution des différends, nous apprend que les joueurs devraient se considérer chanceux car en fonction de la déclaration d’urgence nationale instituée par Donald Trump, le commissaire Manfred aurait pu annuler tous les contrats, laissant les joueurs sans salaire.

Publicité

Relations conflictuelles

Chantage diront certains, manque d’arguments diront d’autres, force est de constater que la crainte de la pandémie et la mise en place de mesures sanitaires strictes ont laissé toute la place à de vieilles rancunes monétaires, ouvrant au passage des plaies heureusement refermées par le temps.

En constatant ce cynisme et cette mauvaise foi, j’ai, une fois de plus, mal à mon sport, mal à mon baseball.

Que pouvons-nous espérer d’une guerre de chiffres en ces temps où il serait si bon de pouvoir se changer les idées en regardant la game que nous apprécions tous?

Default image
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Alleyop360Attitude Football