Jackie Bradley Jr. confirme avoir subi du racisme de la part des fans des Red Sox

Au cours des derniers jours, le monde du baseball a été secoué par les propos de Torii Hunter. En marge des manifestations et du mouvement #BlackLivesMatter, Hunter s’est ouvert sur le fait que les partisans des Red Sox, quand il était de passage au Fenway Park, ont toujours tenu des propos racistes à son endroit. C’est la raison pour laquelle il a toujours demandé à avoir une clause de non-échange.

Nous en avons d’ailleurs discuté dans le dernier épisode de notre podcast.

Publicité

De plus en plus, on semble se rendre compte qu’il s’agit d’un problème dans la ville.

Au hockey, on se souvient tous des tweets racistes envers P.K. Subban lors des séries de 2014. Les partisans des Bruins (la première organisation à avoir fait jouer un joueur noir) avaient affirmé, après le but en prolongation de Subban contre les Bruins, que les n***** n’appartenaient pas à la LNH. Et à ce moment-là, Malcolm Subban était un membre de l’organisation de Boston…

Au basket, un dossier avait été préparé un peu plus tôt cette année sur ce même phénomène.

Ce ne sont que quelques exemples qui démontrent que certains partisans (parce que ce n’est pas la faute de tout le monde, bien évidemment) dépassent les bornes à Boston. Ils semblent le faire un brin plus souvent que les partisans ailleurs, et ce, même si le Massachusetts n’est pas un état du sud qui a autorisé l’esclavagisme jusqu’à il n’y a pas si longtemps.

Pour en revenir au baseball, les récentes déclarations de Hunter ont fait beaucoup de bruit. Adam Jones, ancien voltigeur des Orioles qui avait tenu de tels propos il y a trois ans, a profité de l’occasion pour se prononcer lui aussi.

Encore plus probant? On peut penser aux propos de David Price.

Publicité

Échangé aux Dodgers il y a quelques mois à peine, l’ancien lanceur des Sox a toujours soutenu qu’il était difficile de jouer à Boston en raison des propos racistes.

Il l’a dit il y a quelques années et il avait prévenu J.D. Martinez, avec qui il avait joué à Detroit, qu’il était difficile de jouer à Boston. Il l’avait fait quand ce dernier était agent libre (il y a un peu plus de deux ans) et qu’il voulait signer avec les Sox.

Et cette fois, c’est Jackie Bradley Jr. qui s’est levé. Le joueur actuel des Sox, qui est la dernière équipe des Majeures à avoir employé un joueur noir il y a plusieurs dizaines d’années, a répondu à Adam Jones (et Torii Hunter, par la bande) en les remerciant de les avoir mis en garde.

Il s’était d’ailleurs levé en 2014 pour dénoncer le racisme en général, alors qu’il en était à sa première année complète avec le club.

Les preuves commencent à être nombreuses pour l’équipe qui a échangé David Price et Mookie Betts cet hiver (pour des raisons monétaires, je sais bien) et qui a aussi tenté d’envoyer Bradley Jr. (qui sera agent libre dans un an) sous d’autres cieux.

Au baseball, on note une diminution importante du nombre de joueurs noirs depuis quelques années. Est-ce une cause? Boston n’a pas tous les torts, bien évidemment, mais ça ne doit pas aider, non?

Default image
Charles-Alexis Brisebois
Présent depuis les débuts du site, Charles est un véritable passionné de baseball. Il souhaite que les amateurs aient le réflexe de choisir Passion MLB pour s'informer et que le baseball continue de prendre de l'importance au Québec. Vous pouvez aussi l'entendre régulièrement sur les ondes du 91.9 Sports afin de discuter de l'actualité de la MLB.
Alleyop360Attitude Football