Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dick Williams croit qu’une entente monétaire est proche

Rien ne va plus dans la MLB. Alors que la NBA est plus proche que jamais d’un retour au jeu, que la LNH a de bonnes chances de revenir et que la NFL ne semble pas perturbée outre mesure par la crise sanitaire (les problèmes sont ailleurs, dans la NFL), la MLB n’avance à rien. Personne ne semble vouloir mettre de l’eau dans son vin et tout le monde tient à son idée.

Rappelons, pour les non-initiés, que les propriétaires ne veulent rien savoir de payer les gars au prorata dans le cadre d’une saison écourtée puisqu’ils perdraient de l’argent à chaque match. De leur côté, les joueurs ne veulent rien savoir du partage des revenus (qui mène directement au plafond salarial), ce qu’il refuse depuis 25 ans. Voilà pourquoi les offres des proprios et des joueurs sont systématiquement refusées.

Publicité

Tout ça pour dire qu’un retour au jeu, dans ce climat de négociations difficiles, semble improbable. C’est le sentiment général qui en ressort.

Il y a toutefois des gens qui ont un avis contraire. On pense notamment à Dick Williams, qui est le président des opérations baseball des Reds de Cincinnati. Non, je ne parle pas de l’ancien gérant des Expos, qui est décédé en 2011.

Bref. Selon ce que M. Williams a affirmé sur les ondes de WLW (une station de Radio de Cincinnati), les deux parties veulent jouer – évidemment – et, surtout, une entente serait imminente.

Publicité

Évidemment, on peut prendre ses propos avec un grain de sel. Ceci dit, à titre de président des Reds, il ne veut/peut pas forcément raconter n’importe quoi en ondes ; s’il le dit, c’est probablement parce qu’il y a une certaine part de vérité.

Et ce, même si ce n’est pas le sentiment général de personne.

Rappelons qu’en vue d’une saison qui commencerait le 1er ou le 4 juillet prochain, la date du 6 juin a été encerclée sur nos calendriers, question de remettre en marche les camps d’ici une semaine.

Publicité

Et pour ça, il est minuit moins une.