Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous n’avez pas la berlue, Babe Ruth a réellement joué à Montréal en 1926

En octobre 1926, tout frais sorti d’une Série mondiale perdue en sept parties aux mains des Cardinals de St-Louis, le légendaire Babe Ruth est venu divertir les amateurs de baseball montréalais, le temps d’un match.

Vous avez bien lu! Alors qu’il était la vedette incontestée de son sport et membre des Yankees de New York, Ruth a accepté l’invitation d’un dénommé Fred Gadbois afin de participer à un match amical face à une équipe amateur évoluant au parc Guybourg, situé dans l’Est de l’Île.

Publicité

Gadbois, un grand amateur de baseball, avait l’habitude d’inviter des personnalités intimement liées à ce sport à visiter la ville et ainsi mousser la popularité du passe-temps national de nos voisins américains auprès des amateurs locaux.

L’histoire est relatée par Alexandre Pratt de La Presse car le Bambino avait alors donné une entrevue exclusive au controversé journaliste, Albert Laberge, travaillant aussi au sein de ce journal.

Le baseball ne peut manquer de devenir de plus en plus populaire. C’est le sport national du plus gros pays du globe, avait répondu Ruth à une question de Laberge en lien avec la popularité du baseball à ce moment.

Le légendaire Ruth a tellement sollicité les 48 balles achetées par le gérant Jos Choquette pour l’occasion que la partie a pris fin prématurément par manque de ce précieux projectile rond.

Publicité

Il a su faire plaisir aux partisans

Il en a catapulté neuf par dessus la clôture du champ extérieur lors de l’échauffement et de la partie, il en a signé et distribué quelques dizaines, alors que les autres ont terminé hors des limites du parc lors de fausses balles.

Lors de cette visite en compagnie de son coéquipier, le lanceur Urban Shocker, Ruth a été très généreux de sa personne. Il a passé du temps à côtoyer les partisans et les visitait même dans les gradins entre les manches.

Alors âgé de 31 ans, Ruth était au sommet de sa popularité. Il faisait la une des plus grands magazines et était au cœur de plusieurs campagnes publicitaires.

Publicité

En ce 17 octobre 1926, au coin des rues Notre-Dame et Dickson, une partie de l’histoire sportive de la métropole s’est écrite. Fred Gadbois a permis à des milliers de Montréalais d’être en contact avec le premier nom qu’il nous vient en tête lorsqu’il est question de baseball, Babe The Sultan of Swat Ruth. Chapeau, monsieur Gadbois!