Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Robinson Cano est en paix avec son passé

La journée du 15 mai 2018 est une journée sombre dans l’histoire du baseball majeur. En effet, c’est lors de cette journée que Robinson Cano s’est vu infligé une suspension de 80 matchs pour son utilisation de furosémide, une substance anabolisante qui sert à masquer les traces de stéroïdes dans le sang. Cette substance est, évidemment, illégale au sein du baseball majeur. 

La réputation de l’ex-porte-couleurs des Yankees en a pris un coup lorsque l’annonce de sa suspension fut rendue publique en mai 2018. Toutefois, Cano estime que cet incident est maintenant derrière lui et qu’il a finalement tourné la page.

Publicité

« Tout est oublié, raconte le numéro 24 des Mets. J’ai payé pour mon erreur. C’est dans la nature humaine de critiquer, et les gens sont parfaitement dans leur droit de penser ce qu’ils veulent. Au final, tout le monde fait des erreurs. »

Il sera intéressant de voir si Cano sera tout de même intronisé au Temple de la renommée du baseball malgré cette tache sur sa feuille de route. En 15 saisons dans le circuit Manfred, Cano présente des fiches de .302/.352/.490 avec 324 longues balles en plus d’avoir produit 1 272 points en 2185 rencontres disputées.

Le joueur originaire de la République dominicaine a quitté les Mariners quelques mois seulement après avoir purgé sa suspension. En novembre 2018, les Mets avaient acquis les services de l’homme de 37 ans et du releveur étoile Edwin Diaz en retour d’une banque de cinq joueurs. 

Publicité

Les deux joueurs n’ont pas exactement fait bonne impression avec leur nouvelle formation l’an dernier. Cano a été ennuyé par des blessures au quadriceps, au pied et à l’ischio-jambier. Il a terminé la campagne avec une moyenne au bâton de .256 en 107 matchs. Il s’agissait de la première fois la saison 2008 que l’athlète maintenait une moyenne inférieure à .271.

Diaz a, quant à lui, carrément effectué un virage à 180 degrés par rapport à sa saison exceptionnelle en 2018. En plus de saboter sept sauvetages, il a accordé 15 circuits en seulement 58 manches de travail, un record pour un lanceur de relève.  

Publicité

Rappelons que les Mariners lui avaient offert un contrat faramineux de 240 millions pour 10 ans. Les Mariners vont retenir seulement 3.75 M jusqu’à la fin de son contrat, en 2023, alors que les Mets vont lui payer la somme de 24 M jusqu’à la conclusion de son pacte.