Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les meilleurs voltigeurs de centre de l’histoire des Blue Jays

Nous sommes rendus à la position de voltigeur de centre. Les Blue Jays en ont eu d’excellents au cours de leur histoire. Tous avaient une lecture du jeu exceptionnelle avec beaucoup de rapidité. Ils étaient tous très bons défensivement sans exception. Des voltigeurs que l’on veut avoir dans son équipe. Voici maintenant mon top cinq.

À lire aussi : les meilleurs voltigeurs de gauche.

Publicité

L’histoire des Blue Jays est remplie de moments fertiles en émotions. Plusieurs catchs incroyables font partis de l’imaginaire de tous. Durant 12 saisons, mon premier choix a été un voltigeur de centre exceptionnel pour les Jays, il s’agit de Vernon Wells. Vernon était un joueur défensif exceptionnel puisqu’il n’a commis que 20 erreurs en 12 ans. Il a remporté trois Gants dorés en 2004, 05 et ’06. Il a terminé avec le meilleur pourcentage défensif lors de quatre saisons, soit en 2004, 2005, 2009 et 2010. Au bâton, il également accumulé de formidables statistiques. Il a remporté le Bâton d’argent en 2003. Il a accumulé une fiche de .280, 1529 coups sûrs, 339 doubles, 30 triples, 223 circuits et 813 PP.

YouTube.com
Wells vole un circuit à Alex Rodriguez au Yankee Stadium

Mon deuxième choix est Lloyd Moseby. Moseby était le voltigeur de centre aux côtés de George Bell. Moseby était lui aussi très rapide et couvrait beaucoup de terrain. Moseby a évolué à Toronto pendant 10 saisons. Il n’a commis que 46 erreurs. Il devait couvrir beaucoup de terrain car ses coéquipiers voltigeurs n’étaient pas les plus rapides. Au bâton, il a amassé des bonnes stats également. Il a frappé pour .257, 1319 coups sûrs, 242 doubles, 60 triples dont 15 en 1984, 149 circuits, 651 PP et 255 buts volés.

YouTube.com
Moseby vole le deuxième but deux fois…

Mon troisième choix est Devon White. Le longiligne voltigeur a passé cinq saisons à Toronto, où il y a remporté deux Séries mondiales. White était un voltigeur très rapide et avait une confiance totale en ses moyens. White a fait plusieurs catchs mémorables au cours de sa carrière avec les Jays, dont un en Série mondiale de 1992 contre les Braves. Il a commis 20 erreurs. À chacune de ses saisons avec les Jays, il a remporté le fameux Gant doré, soit à cinq occasions. Il était tout à fait formidable. À l’attaque, il a cumulé d’extraordinaires stats. Il a frappé pour .270, 733 coups sûrs, 155 doubles, 34 triples, 72 circuits, 274 PP et volé 126 buts.

Publicité
YouTube.com
Catch sensationnel de White lors de la Série mondiale de 1992

Mon quatrième choix est José Cruz Jr. Cruz Il a joué à Toronto pendant six saisons. Le père de Cruz Jr., José Sr., a eu une carrière de 19 saisons, dont 13 à Houston. Il a donc grandi dans un environnement propice au baseball. Cruz Jr. était excellent en défense aussi. Rapide et muni d’un bon bras, le portoricain n’a commis que 11 erreurs de 1997 à 2002. En attaque, il a frappé pour .250, 640, 136 doubles, 20 triples, 122 circuits, 355 PP et 85 buts volés. Il a joué pendant 12 saisons dans les Majeures.

YouTube.com
Cruz Jr. frappe un circuit dans un sixième match consécutif

Mon cinquième choix est notre SUPERMAN Kevin Pillar. Pillar a joué durant sept saisons avec les Jays. Choix de 34e ronde, il n’a reculé devant rien pour faire son chemin jusqu’à la MLB. Il vole littéralement pour attraper les balles, de là son surnom de SUPERMAN. Il est un joueur électrisant à voir évoluer en défensive. Combien de fois j’ai crié WOW lors d’un de ses catchs fantastiques. En 2015 et 2016, il a terminé deuxième derrière Kevin Kiermaier, un voltigeur pas piqué des vers, pour l’obtention du Gant doré. Durant son séjour, il n’a commis que 15 erreurs. Au bâton, il a frappé pour .260, 641 coups sûrs, 156 doubles, 55 circuits et 231 PP.

YouTube.com
Pillar faisant son impression de Superman au Tropicana Field

Mentions honorables

Colby Rasmus mérite ma seule mention comme voltigeur de centre. Rasmus a joué pour les Jays durant quatre saisons. Un joueur qui se faisait beaucoup trop souvent retirer sur trois prises, il était quand même un frappeur dangereux. En défense, il était un voltigeur intelligent, car il n’avait pas la rapidité des autres. Il a commis 14 erreurs au centre. Il a frappé pour .234, 342 coups sûrs, 78 doubles, 66 circuits et produit 194 points.

Publicité

J’ai eu la chance de le rencontrer lors d’un match hors concours entre les Blue Jays et Équipe Canada junior. Mon fils Charles jouait pour Équipe Canada junior à cette époque de sa carrière.

passionmlb.com-2020-05-12_17-11-33_127601
Crédit photo: Paul Leblanc
Ma rencontre avec Colby Rasmus en mars 2014 à St Petersburg, en Floride