L’impact du virus sur les records et les carrières des joueurs

Si l’on ne sait pas encore de quoi la saison 2020 sera faite, une chose est d’ores et déjà certaine : celle-ci aura un impact direct sur la carrière d’un joueur. Que ce soit demain ou au moment de raccrocher les crampons quand viendra le moment de la retraite, le coronavirus va laisser quelques cicatrices.

Moins de matchs, moins de records

Une saison raccourcie, on le sait, fait mal à tout le monde. Peu importe la raison (grève, guerre ou COVID), joueurs, partisans, dirigeants et économie sont les premières « victimes » du mal en présence. Au delà de l’aspect humain, il y a aussi l’aspect statistique. Et Dieu sait qu’au baseball, on aime les stats.

Publicité

Cela peut paraître banal, mais comment font les joueurs pour essayer de battre des records si on ampute leur carrière de dizaines et de dizaines de parties?

En 1994, Tony Gwynn a terminé la saison en frappant pour .394. Gwynn aurait pu devenir le premier joueur depuis Ted Williams (.406 en 1941) à franchir la barre mythique des .400 si la saison ne s’était pas arrêtée après 110 matchs en raison de la grève des joueurs.

Des matchs en moins, il y en aura en 2020. Certains joueurs devront sûrement attendre la saison prochaine pour atteindre leur milestone. Je pense notamment à Miguel Cabrera qui, avec ses 2815 coups sûrs, devra faire quelques efforts de plus pour atteindre les 3000, ou encore Albert Pujols qui, à 39 ans et avec 656 HR au compteur en carrière, a toujours une chance de rejoindre le club des 700.

Mais avec tous ces matchs en moins, leurs chances diminuent.

Publicité

Mike Trout touché, mais pas en danger

Tout ça me fait aussi penser à Mike Trout. Le meilleur joueur de la planète n’a pas besoin de chiffres pour nous prouver qu’il est et qu’il sera reconnu comme l’un des plus grands à avoir exercé ce sport.

Trout va bel et bien perdre une demi-saison, voire une saison complète de statistiques qui comptent alors qu’il est en plein dans son prime. Je ne sais pas quelle sera ou quelle aurait été sa production en 2020, mais sur une demi-saison, comptez probablement 25 longues balles et 50 points produits en moins, tout cela impactant directement le non moins célèbre WAR que les « sabermétriciens » aiment tant décortiquer.

On le sait, il faut parfois certains totaux en carrière pour obtenir un statut de bon joueur, très bon joueur ou légende du baseball.

La saison 2020 est déjà en branle. On sait qu’il n’y aura pas de records. 2021? Commencera t-elle à temps? Aura t-elle lieu? Aurons-nous droit à une COVID 2.0? Reverrons nous du baseball un jour ou l’autre? Jusqu’où seront nous poussés dans nos retranchements? Les joueurs doivent y penser et se dire que maintenant, il faut peut être jouer au baseball sans penser aux chiffres et aux records.

Quant à Mike Trout, pas de panique. Quoi qu’il arrive, le statut du joueur des Angels ne sera jamais remis en question et lorsque viendra le moment de choisir ceux qui auront leur plaque au Temple de la renommée, son nom sera assurément en tête de lice.

Default image
Sébastien Tabary
Alleyop360Attitude Football