Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les meilleurs lanceurs de relève de l’histoire des Blue Jays

Dans leur histoire, les Blue Jays ont eu plusieurs bons releveurs. Par contre, ce fût toujours difficile de trouver un vrai closer pour terminer les matchs. Ils en tout de même eu quelques bons et aussi d’excellents releveurs. Voici mon top-5.

À lire aussi : les meilleurs lanceurs partants.

Tom Henke est mon premier choix. Henke est arrivé à Toronto pour la saison 1985, où il y a remporté le championnat de division. Henke avait précédemment lancé dans 41 matchs en trois saisons avec les Rangers du Texas. Il est resté à Toronto jusqu’à la fin de la saison 1992, où il a remporté sa seule Série mondiale en carrière. Henke est venu stabiliser un enclos de relève qui en avait besoin. C’est alors que les Jays ont commencé à avoir du succès.

Publicité

Dès sa première saison, il a sauvé 13 matchs. Il en a totalisé 217 dans sa carrière à Toronto. Son plus haut total a été de 34, soit en 1987 et en 1992. Henke a aussi connu beaucoup de succès durant les séries éliminatoires. En cinq séries, incluant la Série mondiale de 1992, il a amassé une fiche de 2-0, une minuscule MPM de 1.83, cinq sauvetages et 15 K en 19.2 manches. Il a aussi amassé une belle fiche en saison régulière comme en font foi ses chiffres : 29-29, une MPM de 2.48, 644 K en seulement 563 manches. Il était reconnu pour sa balle rapide et sa splitter explosive.

Mon deuxième choix a quitté les Blue Jays pour Houston en 2018, Roberto Osuna. Osuna n’a joué que quatre saisons avec les Jays et il a débuté sa carrière à l’âge de 20 ans. Le Mexicain a rapidement monté les échelons des ligues mineures. Son plus haut niveau dans les mineures a été le A fort, d’où il est monté directement avec les Jays en 2015.

Malgré tous ses problèmes hors terrain, Roberto Osuna, le joueur de baseball, en est un très bon. Il a su lui aussi stabilisé la relève des Jays qui, en 2015 et 2016, ont fait les séries. Osuna a cumulé une fiche de 8-13, 2.87 de MPM, 104 sauvetages et 253 K en 223 manches. Il a connu sa meilleure saison en 2016 avec 4-3, une MPM de 2.68, 36 sauvetages et 82 K en 74 manches. Son plus haut total fut de 39 en 2017.

YouTube.com
Osuna terminant un match et son rituel avec Russell Martin

Mon troisième choix a quant à lui été le releveur de huitième manche pour Tom Henke, à l’exception de deux saisons lorsque Henke a quitté. Il était le releveur numéro un en 1993 y connaissant une excellente saison. Il se nomme Duane Ward. Une blessure l’a forcé à se retirer en 1995. Comme set-up man, il a aidé les Jays à remporter la Série mondiale de 1992 et était le closer en 1993. Il a cumulé une fiche de 32-36, une MPM de 3.18, 121 sauvetages, dont 45 en 1993 et 671 K en 650.2 manches.

passionmlb.com-2020-05-19_15-18-45_318519
Photo: alomarsports.com

Mon quatrième choix est un releveur qui lançait de la balle sous-marine, Mark Eichorn. Eichorn a joué à Toronto en 1982, 1986-1988 et en 1992-1993. Eichorn était assez intimidant avec sa façon de lancer. Ce n’était pas évident d’essayer de frapper cette balle sous-marine. Il pouvait être utilisé à toutes les sauces par son gérant. En carrière avec les Jays, il a cumulé une fiche de 29-19, une MPM de 3.03, 15 sauvetages et 372 K en 493 manches. Il a connu sa meilleure saison en 1986 avec 14-6, une MPM de 1.72 et 166 K en 157 manches. En 1987, il est apparu dans 89 matchs pour les Jays, ce qui est le plus haut nombre pour un lanceur dans la Ligue américaine. Il a remporté lui aussi deux Séries mondiales avec Toronto.

YouTube.com
La balle sous-marine de Mark Eichorn

Mon cinquième choix n’a passé que trois saisons à Toronto, mais a eu le temps de sauvegarder 100 matchs entre temps. Il se nomme Billy Koch. Koch, un produit de l’organisation, a connu une courte carrière avec les Jays, mais il lançait du gaz. Koch était un lanceur avec une rapide explosive. Il a lancé de 1999 à 2001. Il a connu sa meilleure saison en 2000 avec une fiche de 9-3, 2,63 de MPM, 33 sauvetages et 60 K en 78.2 manches. Son plus haut total de sauvetages vint en 2001 avec 36. Il a connu ses meilleurs moments en carrière avec l’équipe Moneyball des A’s en 2002 avec 44 sauvetages.

YouTube.com
Premier sauvetage en carrière face aux Rangers du Texas en 1999

Mentions honorables

Plusieurs noms sont sur ma liste. Je vais y aller du plus vieux au plus récent.

Publicité

Mike Timlin a débuté sa carrière avec les Jays avant de remporter ses Séries mondiales avec les Red Sox. Il a lancé de 1991 à 1997. Il a remporté 23 victoires et sauvegardé 52 matchs.

Paul Quantrill, le Canadien, a joué dans son patelin de 1996 à 2001. Il a remporté 30 victoires et est apparu dans 386 matchs. Il pouvait être utilisé de toutes les façons.

Jason Frasor a joué pour les Jays de 2004 à 2012. Frasor, un produit de l’organisation, leur a rendu de précieux services lors de ses neufs saisons. Il a cumulé une fiche de 25-29, 3.73 de MPM, 36 sauvetages et 479 K en 504.2 manches.

Scott Downs que nous avons vu brièvement à Montréal, a joué pour les Jays de 2005 à 2010. Durant son séjour avec l’équipe, le gaucher a bien fait avec une fiche de 20-18, une MPM de 3.13, 16 sauvetages et 341 K en 407.2 manches. Il a terminé au premier rang de la Ligue américaine en 2007 avec 81 présences au monticule.

Casey Janssen… le bon vieux Casey. Qu’il en a fait du bon boulot avec les Jays. Je l’aimais bien, car il était très animé sur le monticule. Il ne lésinait pas. Janssen a évolué à Toronto de 2006 à 2014. Il a amassé une fiche de 29-24, une MPM de 3.52 et 90 matchs sauvegardés.

Les autres sont le gaucher Brett Cecil, qui a rendu de fiers services durant huit saisons de 2009 à 2016.

Publicité

Brandon Morrow, malheureusement souvent blessé, a connu les meilleures années de sa carrière avec les Jays de 2010 à 2014. Il a remporté 34 victoires et réussi 561 K en 538 manches.

Mon dernier est Steve Delabar. On se souviendra comment la ville de Toronto avait milité pour qu’il soit du Match des étoiles de 2013. J’aimais bien le colosse lanceur droitier avec un historique bien spécial. Celui qui était professeur a quand même connu de bons moments dans les grandes ligues (surtout avec les Jays) avec une fiche de 12-7 en quatre saisons, de 2012 à 2015.