Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La situation économique actuelle avantagera les Rays

Depuis 1996, un système de partage des revenus a été instauré afin de permettre aux équipes évoluant au sein de marchés secondaires de demeurer compétitives.

Mais cette année, en raison de la pandémie, même les équipes les plus riches ne pourront partager ce qu’elles n’arriveront pas à récolter. Cette situation fait que des formations qui gèrent leur budget en bon père de famille pourront s’en tirer honorablement.

Publicité

C’est le cas des Rays de Tampa Bay. Ils pourraient être l’une des rares équipes à terminer l’année positivement et générer un bénéfice. La façon dont les dirigeants de la formation jonglent avec les revenus et les dépenses diminue les risques. En réalité, le fait de disposer de l’une des plus petites masses salariales des Majeures et de ne pas compter sur l’afflux de tonnes de partisans au guichet protège leur structure financière. Les revenus de la télédiffusion des matchs demeurent la principale source de financement de la formation.

Les Mariners de Seattle sont dans une situation similaire aux Rays tandis que les Astros, les Nationals et les Cardinals sont économiquement à risque fonctionnant avec un modèle différent. Ces trois équipes disposent de masses salariales importantes et se fient grandement sur la vente de billets afin d’engranger des dollars.

Publicité

Cette année, les Marlins de Miami devraient se priver de 70 M$ provenant directement de ce partage.

Les effets économiques seront dévastateurs pour plusieurs équipes, a mentionné le commissaire Rob Manfred sur les ondes de CNN.

Les prévisions les plus sombres feraient perdre plus de quatre milliards de dollars à la MLB et, en moyenne, les équipes perdraient plus de 100 millions de dollars en 2020. Bien entendu, cette perte serait moins critique pour certaines concessions, dont les Rays.

Publicité

Aussi, si une saison comportant moins de matchs avait lieu, les équipes pourraient toucher certains revenus, mais des doutes demeurent et c’est pour cette raison que les les autorités du baseball majeur évaluent toutes les possibilités. Cependant, ils doivent compter sur la collaboration des représentants de l’Association des joueurs.