Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La semaine qui sauvera le baseball commence demain

Les ligues majeures de baseball et l’Association des joueurs se trouvent présentement dans une impasse dans leur négociation pour un retour au jeu à la suite de la suspension des activités il y a de ça plus de deux mois maintenant.

L’entente conclue entre les deux parties en mars dernier, selon laquelle les joueurs recevraient 170 millions $ en salaire, arrive à échéance dimanche prochain. C’est pourquoi la ligue déposera en début de semaine une nouvelle offre aux joueurs. Selon Jeff Passan de ESPN, si la ligue veut qu’elle soit acceptée, tout serait une question d’argent, mais surtout de confiance.

Publicité

Problème de liquidité

Dans un autre de ses fameux articles en 20 questions, Passan fait un portrait de ce à quoi il faut s’attendre pour la prochaine semaine. Les deux camps sont motivés à avancer dans les négociations, mais il y a encore des sujets très importants qui accrochent. L’argent est l’un d’eux.

Contrairement à ce que l’on voit dans les médias récemment, l’argent n’est pas qu’un sujet important pour les joueurs, mais pour les propriétaire aussi. Plusieurs propriétaires admettent déjà avoir un problème de liquidité. Ils pourraient certainement emprunter, vu leurs actifs importants, mais n’ont pas la possibilité de dépenser d’argent maintenant, car leurs coffres sont vides.

Ce sont ces dépenses à court terme qui doivent être revues. La mise à pied de personnel ou encore mieux le repêchage écourté qui aura lieu bientôt sont une bonne façon de voir comment les propriétaires réussissent à couper dans les dépenses immédiates. Mais est-ce que les joueurs achèteront cette « excuse »?

Bonne foi et confiance

Ces deux éléments, la bonne foi et la confiance, sont centraux à la réussite d’une bonne négociation. Malheureusement, comme on l’a vu de nombreuses fois dans l’histoire du baseball, ce n’est pas la confiance qui règne entre la MLBPA et la MLB.

Publicité

Si les propriétaires ont en effet des problèmes de liquidité, ils doivent en faire part à leur contrepartie en révélant librement leurs états financiers. En mettant cartes sur table, la ligue établirait la base de la négociation et les joueurs sauraient en quoi s’en tenir. Autrement, le préjugé du propriétaire milliardaire assis sur des tonnes d’argent demeurera.

L’Association des joueurs pourrait faire de même, mais avec ses propres membres. Marvin Miller, premier directeur de la MLBPA, parlait souvent d’éduquer et d’informer les joueurs sur leurs droits et leurs options. Selon Passan, c’est ce qui n’a pas été fait lors des négociations de mars, et ce qui a mené à beaucoup de propos irrévérencieux basés sur des informations partielles récoltées dans les médias.

Vers une entente de deux ans

Dans son auto-entrevue, Jeff Passan évoque aussi l’idée que les deux parties pourraient conclure, s’ils sont transparents et de bonne foi, une entente de deux ans, soit 2020 et 2021. La raison selon lui est que 2021 sera bien pire si les gradins demeurent vides la saison prochaine à cause d’une deuxième vague de la COVID-19, ou encore à cause de la peur de certains amateurs.

Publicité

Cela mènerait donc les deux parties directement à la négociations de la prochaine convention collective, un autre défi de taille…