Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La MLBPA est pour sa part très loin d’une entente de travail

En tant que fervent amateur de sport et plus particulièrement de baseball, nous nous sommes tous réjouis plus tôt aujourd’hui lorsque nous avons reçu la notification stipulant que le retour du baseball approche. Cependant, rien n’est gagné d’avance, car l’Association des joueurs de la MLB semble très réfractaire à signer l’entente déposée en ce lundi 11 mai.

Une entente en défaveur des joueurs, selon la MLBPA

Les négociations s’annoncent donc intenses entre l’Association des joueurs de la MLB et le regroupement des propriétaires. Grosso modo, du côté des joueurs, on trouve que l’entente est une porte d’entrée vers un système de plafond salarial, chose que ces derniers ont encore plus horreur que la peste.

Publicité

Dans le plan proposé du côté patronal, les joueurs seraient payés en fonction des revenus générés de la saison 2020 et lesdits revenus seraient partagé 50/50 entres joueurs et propriétaires. 

Tony Clark, l’homme à la tête du syndicat des joueurs, affirme même que les dirigeants de la MLB tentent de profiter, pour leurs propres intérêts, de la crise humanitaire actuelle et que cela est immonde.

Il assure du même coup que le seul objectif de ses représentants est de trouver un moyen d’avoir du baseball le plus rapidement possible.

“Un système salarial basé sur les revenus est un plafond salarial, point barre.”

Tony Clark

Quant à lui, Scott Boras, l’un des hommes les plus influents du baseball, somme à son tour les joueurs qu’il représente de rejeter la plus récente offre reçue. Il affirme même que les dirigeants auraient fait volte-face, et ce, en lien avec les profits engendrés de la vente de billets et tout ce qui y est relié.

Publicité

Selon ce dernier, au début des négociations, il semblait y avoir consensus afin que les joueurs soient rémunérés au prorata du nombre de parties disputées. Or, depuis quelques jours, les propriétaires clament haut et fort que sans partisans dans les gradins, ils seraient incapable de subsister financièrement parlant, d’où la raison des gains sur les revenus.

C’est sur cet aspect précis que les joueurs sont sceptiques, témoignant que les 30 équipes encaisseront, dans leurs clans respectifs, leur chèque des télé-diffuseurs ainsi que ceux des partenariats corporatifs. 

De mauvais souvenirs

Le regroupement de propriétaires présentera officiellement son offre à l’Association des joueurs ce mardi. Rappelons que la MLB est la seule ligue d’importance en territoire nord-américain à ne pas fonctionner selon un modèle de plafond salarial.

Publicité

Rappelons aussi que la dernière fois que des propriétaires avaient avancé l’idée d’une forme quelconque de partage de revenus, cela avait entraîné une grève des joueurs, grève qui avait entraîné l’annulation de la saison 1994, au grand dam des partisans Montréalais…