Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Réjean Tremblay : « La pandémie pourrait faciliter les retours des Expos et des Nordiques »

Le chroniqueur Réjean Tremblay a déclaré, plus tôt aujourd’hui, dans l’émission de Stéphane Langdeau sur les ondes du 91.9 Sports, que la pandémie de la COVID-19 pourrait être, en fin de compte, bénéfique pour le retour des Expos et des Nordiques.

Lors d’un bref échange, les deux chroniqueurs se sont penchés sur les impacts économiques qui seront ressentis par les ligues professionnelles lorsque la pandémie sera derrière nous.

Publicité

Selon eux, les suspensions des activités vont grandement affecter les revenus potentiels des équipes professionnelles pour les années à venir. Il serait ainsi très difficile pour plusieurs formations d’offrir des contacts faramineux le 1er juillet si les équipes anticipent des pertes de revenues drastiques lors de la prochaine campagne.

« C’est impensable d’imaginer une équipe comme les Canadiens offrir des contrats de huit millions pendant huit ans si la masse salariale descend à 50 millions », estime Réjean Tremblay. 

« Il se peut très bien que la Ligue nationale de hockey soit obligée de revenir vers des marchés plus “humains” avec des fan base beaucoup plus solides. Les rêves, qui étaient morts à Québec, sont peut-être vivants tout à coup », ajoute-t-il.

Langdeau est du même avis que Tremblay, et pousse la réflexion un peu plus loin en ajoutant qu’un éventuel retour des Expos est beaucoup plus réaliste que l’on pense. 

Publicité

« Il y a des gens qui pensent que le retour des Expos à Montréal ne fonctionnera pas, déclare Langdeau. Je pense que le retour de Nos Amours a peut-être plus de chance de se concrétiser que nous le croyons vraiment. »

« Il y aura de grands changements et de grands bouleversements dans le monde du sport, ça, c’est clair », poursuit-il.

Le scénariste de la populaire série télévisée Lance et compte estime que la « garde partagée », initialement jugée aberrante, entre les Rays et les Expos semble désormais très prometteuse pour le marché montréalais. 

Il est difficile de prévoir comment les grandes ligues professionnelles réagiront lorsque la pandémie sera chose du passé. Est-ce que les loisirs et le divertissement seront laissés de côté par une majorité de partisans? 

Publicité

Est-ce que les Rays ou toutes autres équipes issues de petits marchés pourront survirent financièrement lors que la pandémie sera terminée? Seul le temps nous le dira.