Les meilleurs joueurs d’arrêt-court de l’histoire des Expos/Nationals

Après avoir couvert l’avant-champ, voici les meilleurs joueurs d’arrêt-court de l’histoire de la franchise.

À lire aussi : les meilleurs joueurs de troisième but.

Publicité

Mon premier choix est Orlando Cabrera. Orlando a joué durant huit saisons avec les Expos. Un joueur durable qui a joué 904 matchs au poste d’arrêt-court. Il n’a commis que 89 erreurs collectivement. Orlando en est un qui a grandi dans l’organisation des Expos. En plus d »être excellent en défensive, il avait aussi un bon coup de bâton. Il a cumulé une fiche de 877 coups sûrs, dont 214 doubles et 66 circuits. Il a également produit 381 points et a frappé pour une moyenne de .267. À la date limite des transactions en 2004, il a été échangé aux Red Sox de Boston. Il a aidé les Red Sox à anéantir la malédiction du « Bambino » à Boston en remportant la série mondiale.

Mon deuxième choix est Ian Desmond. Lui aussi est un produit de l’organisation. On le connaît maintenant comme un membre des Rockies du Colorado, mais il a évolué pendant sept saisons à Washington. Il n’était pas particulièrement doué en défensive, commettant pas moins de 127 erreurs. Par contre, il était très dangereux lorsqu’il se présentait dans le rectangle des frappeurs. Il a frappé pour une moyenne de .264, avec 917 coups sûrs, 185 doubles, 110 circuits en plus de produire 432 points. Il a connu sa meilleure saison en 2012 avec 25 circuits et une moyenne de .292.

Youtube.com

Mon troisième choix est une égalité. On parle de Hubie Brooks et de Wilfredo Cordero. Brooks est arrivé à Montréal dans l’échange qui a envoyé Gary Carter à New York. Il était le joueur offensif de cette transaction. Wil cordero est un produit de l’organisation. On se souvient encore de Rodger Brulotte s’exclamer Cordero… Cordero… Cooordeeero… Brooks a ensuite joué pendant cinq saisons à Montréal. Il n’était pas très doué en défensive. À la fin de ses années ici, il avait été muté au champ extérieur. Par contre, il a connu sa meilleure saison offensive au poste d’arrêt-court. Il a frappé pour .340 en 1986. Il a amassé une moyenne de .279, 689 coups sûrs, 139 coups de deux buts et 75 circuits. Il a produit 390 points. En 1985 et ’86, il a remporté deux Bâtons d’argent comme meilleur arrêt-court offensif de la ligue. Wil Cordero a joué sept ans dans l’organisation, dont six avec les Expos. Il a commis 78 erreurs et était également utilisé à d’autres positions. Avec l’organisation, il a amassé une moyenne de .274, 591 coups sûrs, 139 doubles et 59 circuits en plus de produire 280 points.

Mon quatrième choix est Chris Speier. Speier était l’un de mes favoris dans l’équipe durant ma jeunesse. C’est un joueur qui était très proche de la communauté montréalaise, lui qui avait établi son domicile à Ste-Adèle dans les Laurentides. Speier a connu une longue carrière de 20 saisons dans le baseball majeur et il en a passé huit d’entre elles avec les Expos, soit de 1977 à 1984. Il a commis 120 erreurs en évoluant sur la dure surface synthétique du Stade olympique. Ce n’était pas facile d’évoluer sur ce terrain, quelque soit la position. Il n’avait pas une grande portée de chaque côté, mais il avait des mains sûres. Offensivement, il a amassé une moyenne de .245, 710 coups sûrs, 133 coups de deux buts, 29 circuits et 255 points produits. Un des bons leaders de l’équipe à cette époque. Il était notre joueur d’arrêt-court lors de la conquête du championnat de la division Est de la Ligue nationale en 1981.

Publicité
passionmlb.com-2020-04-07_16-23-36_883627
Spike Owen. Photo : Pinterest.com

Mon cinquième choix est Spike Owen. Le p’tit frappeur ambidextre nous arrivait des Red Sox. Spike était un arrêt-court qui avait également une portée ordinaire. Par contre, il avait des mains magiques, ne commettant que 36 erreurs en quatre saisons avec les Expos. Il possédait aussi un excellent bras. De là son excellence en défense. Et tout ça en 552 matchs et sur une possibilité de 2265 jeux. En 1989 et 1990, il a terminé premier de la ligue avec des moyennes défensives de .979 et .989. Du côté offensif, il pouvait frappé de chaque côté du marbre. Il était plus un frappeur de contact que de puissance. Il a obtenu une moyenne de .247, 420 coups sûrs, 79 doubles, 20 triples et 21 circuits produisant 142 points. J’ai eu l’opportunité de le rencontrer à maintes reprises, lui qui a été l’entraîneur-chef de mon fils Charles Leblanc dans les filiales des Rangers du Texas dans le A moyen et dans le A fort. Tout un gentleman. Lorsqu’il me voyait, il prenait toujours le temps de venir me serrer la main ou bien de me saluer de sa casquette. Beaucoup de classe, ce Mr. Owen.

passionmlb.com-2020-04-07_17-45-00_343257
Photo : Paul Leblanc

Mentions honorables

J’ai attribué trois mentions honorables à cette position. La première va à Tim Foli. Il a évolué pendant six saisons pour les Expos de 1972 à 1977, connaissant sa meilleure saison en 1976 (la pire de l’histoire de la franchise), frappant 144 coups sûrs et maintenant une moyenne de .264.

Bobby Wine a été le tout premier joueur d’arrêt-court des Expos de 1969 à 1972 jusqu’à l’arrivée de Foli. Wine n’était pas un grand joueur et il avait été choisi par les Expos au repêchage d’expansion.

Trea Turner, des Nationals, est en pleine évolution. Il a maintenant joué cinq saisons a accumulé d’impressionnantes statistiques. Il affiche jusqu’à présent une moyenne de .291, 566 coups sûrs, 103 doubles, 63 circuits et 216 points peoduits. Il est aussi un coureur très rapide lui qui a volé un total de 159 buts, un fait rare dans le baseball d’aujourd’hui. Il est aussi excellent en défensive, n’ayant commis que 34 erreurs.

Youtube.com

Maintenant, c’est à votre tour. Quels sont les vôtres?

Default image
Paul Leblanc
Alleyop360Attitude Football