Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le calendrier sportif français pourrait servir d’exemple aux ligues américaines

Par les temps qui courent, on peut dire honnêtement qu’on s’accroche à toute bonne nouvelle qui passe par là. On sait pertinemment que les situations sanitaires en Europe et en Amérique du Nord sont similaires et surtout, décalées de quelques semaines. La visibilité offerte hier par le président de la République française peut-il servir d’exemple pour le calendrier nord-américain?

Déconfinement partiel le 11 mai

Le scenario prôné par Emmanuel Macron hier permettrait de réouvrir une partie de l’économie et redonner l’accès aux écoles le 11 mai, puis ouvrir ensuite davantage les vannes dans les semaines suivantes.

Publicité

Là où c’est intéressant, c’est qu’il indique que les évènements rassemblant des foules ne pourront pas se tenir avant mi-juillet.

Prenant note de cette restriction, la plupart des organisations sportives françaises se préparent donc sans tarder à reprendre le chemin de l’entraînement dès le 11 mai pour une reprise de la compétition à huis clos à la mi-juillet donc.

Ce calendrier est jugé responsable par les experts médicaux et il semblerait que cette progression dans la réouverture soit reprise par d’autres pays. Les États-Unis également?

Publicité

Quid d’une transposition de ce modèle en MLB?

Si l’on se fie aux tendances actuelles, la situation sanitaire s’améliore très légèrement en Europe et c’est encore très compliqué aux États-Unis. Il faudra compter au moins deux semaines pour voir une telle embellie. Un déconfinement sage interviendrait vers la fin mai, mais il se peut aussi qu’il arrive plus tôt ou plus tard puisque la COVID-19 a plusieurs foyers aux États-Unis.

Sachant que nos sportifs préférés ont besoin de quatre semaines pour être en forme et prêts à jouer la compétition, pourquoi ne pas envisager un départ de la saison 2020 début juillet? À huis clos bien sûr… Le public pourrait-il revenir en septembre et en octobre pour le meilleur moment de la campagne?

Il est évident que tout cela n’est que spéculation et il n’est pas interdit de faire des scénarios. D’éminents spécialistes en ont d’autres à proposer qui sont d’ailleurs bien plus pessimistes et diamétralement opposés.

Publicité

Il faudra surveiller tout cela de près, et ne perdons pas de vue que seuls le nombre de malades, d’infections et de décès pourront servir de baromètre à une éventuelle fin de crise. Chaque pays a des évolutions qui leur sont parfois propres…