Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’acquisition de David Price par les Jays en 2015 a été rentable

La dernière fois que les Jays remportaient la Série mondiale, j’avais 16 ans. Il s’est passé plusieurs années avant que les Jays ne nous donnent espoir de répéter l’exploit. En 2015, avec l’acquisition de David Price, nous avons pu espérer.

Plusieurs transactions ont eu lieu de la part du directeur Alex Anthopoulos avant d’en arriver à la pièce maitresse. En premier lieu, il y a eu l’arrivée de Troy Tulowitzki des Rockies du Colorado. LaTroy Hawkins et Mark Lowe ont solidifié l’enclos de releveurs. Ben Revere des Phillies a également augmenté les chances de Toronto de revenir au sommet du baseball.

Publicité

Mais avec la transaction entre les Jays de Toronto et les Tigers de Detroit amenant David Price dans la Ville-Reine, tous les fans bleu et blanc y ont cru. La grosse faiblesse des Jays était au niveau de la rotation des partants, tout comme récemment. Mais cette saison. les Jays y ont aussi remédié avec l’acquisition de Hyun-Jin Ryu et celle de Chase Anderson.

David Price était un solide lanceur qui a connu toutes les difficultés du monde à gagner en série jusqu’à ses récentes performances avec les Red Sox de Boston. Mais au-delà des résultats sur le terrain (puisque les Jays se sont inclinés contre les Royals de Kansas City cette année-là), David Price a ranimé la flamme des fanatiques à Toronto. Bien qu’il ait quitté la saison suivante en signant un lucratif contrat avec les Red Sox de Boston même si son nom avait été lié aux Jays pour une resignature, il a aidé Toronto.

Publicité

Donc une moitié de saison au Canada pour David Price, était-ce un bon prix à payer? Avec le recul, on peut constater que oui puisque ce que les Jays ont donné en retour n’ont jamais livré la marchandise. Les Daniel Norris, Matt Boyd et Jairo Labourt (qui???) n’ont pas comblé les attentes à Detroit. Bien que Boyd ait été bon en 2019, l’acquisition de David Price en 2015 a été très bénéfique pour l’organisation torontoise. On est très loin de la transaction R.A .Dickey versus Noah Syndergaard.

Bien que cette transaction n’ait pas réussi à ramener le trophée en sol canadien, les autres facettes du deal ont été positives pour Toronto. Quelques fois, on ne calcule pas les résultats seulement en fonction du nombre de victoire. La fougue des Jays est revenue et on a semblé croire en nos chances de remporter le tout. Avec les Martin, Donaldson, Bautista, Encarnacion et compagnie dans les années suivantes, on est quand même passé bien près.

Publicité

Et force est d’admettre que l’avenir des Jays est rose pour plusieurs années. Qui sait l’ajout d’un autre As en cours de saison pourrait permettre aux Jays de revivre cette folie?