Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Phillippe Aumont reste serein devant l’inconnu

Au cours des dernières années, le lanceur originaire de Gatineau, Phillippe Aumont, a connu sa part d’ennuis. S’il connaissait du succès dans le réseau affilié, il n’arrivait pas à s’établir au sein de la grande ligue. En dépit de la COVID-19 qui l’empêchera de participer aux Jeux olympiques et d’être sous contrat avec les Blue Jays de Toronto, Aumont reste serein pour la suite des choses.

Aumont aurait participé aux deux matchs présentés à Montréal face aux Yankees de New York. Il est plutôt en quarantaine, loin de sa conjointe et de sa petite fille, afin de respecter les volontés du gouvernement quant à un retour de voyage en sol étranger.

Publicité

« J’ai un lien très serré avec mes chiens et mon chat. Je progresse aussi à un jeu vidéo Call of Duty », a indiqué Aumont au journaliste Éric Leblanc du RDS.ca.

Aumont a pu revenir au pays, et ce, quelque 24 heures avant la fermeture de la frontière canado-américaine par le premier ministre Justin Trudeau. Si tout va comme prévu, Aumont pourra retrouver sa petite famille d’ici sept jours.

Déception

Aumont
Photo : Bluebird Banter

Même s’il est déçu de ne pas pouvoir participer aux Jeux olympiques, où il a l’habitude d’exceller, Aumont comprend très bien la décision du Comité international olympique et du Comité olympique canadien.

Publicité

« C’est une décision intelligente et sécuritaire pour les athlètes canadiens qui a été prise. Si on est rendus au point de fermer des pays, ça veut dire qu’on pense que le problème va encore augmenter. Ça ne donne rien de risquer la santé des gens. Après tout, les Jeux olympiques, c’est un village dans lequel le monde se côtoie. C’est évident que le virus s’y serait promené, c’était pratiquement inévitable », a soutenu Aumont.

Le Gatinois espère qu’il ne s’agira que d’une partie remise puisqu’il connaît l’amour du peuple japonais pour le baseball. Jusqu’à présent, les autorités responsables ont indiqué que les Jeux avaient été déplacés à l’an 2021.

« La compétition aurait été spéciale, c’est sûr. On a eu un petit avant-goût avec le Tournoi Premier 12 disputé en Corée du Sud. Là, vraiment au Japon, ç’aurait été vraiment amusant », admet-il.

Même s’il avait eu sa chance avec équipe Canada, Aumont se préparait davantage à se tailler un poste avec les Blue Jays.

Publicité

« Ce sont des choses qui arrivent et avec lesquelles tu dois composer. Si ce n’est pas ton tour, c’est comme ça. Je continue de lancer et je vais rester prêt dans l’éventualité que ça reprenne. C’est évident que ce ne sera pas dans les six ou sept prochaines semaines, mais on peut quand même se tenir en forme», explique-t-il.

Peu importe ce qui adviendra de la prochaine saison, Aumont est prêt à toute éventualité et reste serein vis-à-vis la situation. Si l’aventure devait se terminer avec les Jays, il trouverait un autre moyen de se faire valoir à sa manière.

« Ça se peut… c’est possible, mais je suis en paix avec ce scénario. Je me suis amusé avec les Jays. Je n’ai aucun regret, je serais bien content et je ne ferais que passer à autre chose. La vie continuerait », conclut-il.