Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

J.D. Martinez en furie contre la ligue

Dans la foulée du scandale entourant les Astros de Houston, scandale qui fait couler énormément d’encre, la MLB cogite à l’idée, notamment, de limiter l’accès aux reprises vidéos pour les joueurs durant les rencontres.

Cette idée ne plaît particulièrement pas au frappeur désigné des Red Sox de Boston, J.D. Martinez, qui, dans un entretien avec Tom Verducci de Sports Illustrated, a décrit la chose comme étant une vraie farce.

Publicité

L’impact d’une telle décision sur son jeu

Martinez stipule qu’aller de l’avant avec une telle idée nuirait à la postérité de sa carrière. En ce sens, le numéro 28 a révélé que cette même carrière avait pris un tournant positif en 2014, lorsqu’il a commencé à utiliser de manière plus efficace les vidéos et l’analytique. Ses stats ont été propulsées vers un nouveau sommet. En effet, cette nouvelle approche fut payante dans tous les sens du terme, le conduisant, quatre saisons plus tard, vers un nouveau contrat d’une durée de cinq saisons pour 110 millions de dollars.

Une potentielle telle décision soulève l’ire chez lui, mentionnant aussi que de par sa position de DH, il se verrait particulièrement affecté. N’étant pas un joueur de position, alors que ses coéquipiers sont sur le terrain en défensive, les frappeurs désignés analysent les séquences de jeu, regardent des segments de partie afin de constamment s’améliorer. Ils étudient leur élan et celui de leurs coéquipiers en tant que maître frappeur, et ce, dans une optique de gagner des parties de baseball.

Le frappeur de 32 ans se questionne même quant à savoir ce qu’il fera bien de son temps les jours de match si la ligue va de l’avant avec son idée, sachant fort bien qu’il se devra de rester dans l’abri à ne rien faire durant trois manches, attendant patiemment son tour au bâton.

Publicité

Un projet qui va plus loin

Dans les faits, ce que la MLB a en tête est de fermer les salles vouées aux séances vidéos, de limiter l’accès aux bandes visuelles uniquement pour les reprises en cas de potentielles contestations et, enfin, de restreindre l’accès à l’abri pour les joueurs qui ne sont pas en uniforme. C’est gros quand même!

Dans une société en constante évolution, c’est en quelque sorte ramener le sport à quelques décennies en arrière. Alors que les éminences de la balle cousue tentent constamment de rendre le sport attractif en le modernisant de tous bords, tous côtés, une telle décision irait à l’encontre de sa «stratégie». Les puristes s’en réjouiront, certes, mais les joueurs d’aujourd’hui et de la génération de demain sont tous habitués de travailler quotidiennement avec le vidéo. Il y a donc matière à croire que le jeu et la qualité du spectacle en seraient affectés.

Publicité

Rappelons que, pour l’instant, rien n’a encore été décidé. Cependant, la ligue est en pourparlers avec l’association des joueurs pour arriver à un consensus avant le début de la saison. À suivre!