Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ce soir, ça aurait été NOTRE soirée

Sans vouloir tourner le fer dans la plaie, c’est ce soir qu’aurait eu lieu la grande fête annuelle du baseball pour tous les amateurs de balle du Québec, soit la visite des Blue Jays de Toronto au Stade olympique. Nous en étions déjà oui à la septième édition de cette belle initiative et cette année, en plus, nous avions droit à de la grande visite, celle des mythiques Yankees de New York.

Il est important de rappeler que dans la plupart des cas, faute de temps et d’argent, il s’agit du seul et unique match de baseball par année pour un très grand nombre de partisan Québécois.

Publicité

L’allégresse à l’état pur

Dans nos têtes, tout était planifié depuis un bon bout de temps déjà. Pour les amoureux de baseball qui partaient de plus loin, la journée de travail se finissait à midi dans l’optique d’arriver à temps pour le lancer protocolaire. En famille, on se serait dépêché pour souper et puis on aurait embarqué dans la voiture pour se rendre dans l’est de la ville. Pour les gens d’affaire ou encore ceux qui y allaient entre amis, la journée au boulot se serait conclue avec un souper quelque part au resto, puis ça aurait été métro jusqu’à la station Pie-IX.

Au lieu, ce sera rien de tout cela. Ce sera fort probablement rien, en fait!

Anciens joueurs
Des anciens porte-couleurs des Expos. Photo: Maxime Trudeau

On aurait vu des jeunes filles et garçons avoir la chance d’assister à leur premier match de baseball. Ça ne s’oublie pas, ça. Slush et barbe à papa au rendez-vous. On aurait vu les papas eux, bière tiède et hot-dog froid à la main, mais maudit qu’ils auraient été bon, car c’est le moment et sa symbolique qui auraient comptés.

On aurait vu des casquettes des Yanks, des Jays, des Royals, des Sox, mais des Expos surtout! Le Stade, on l’aurait aimé et on aurait été content de l’avoir. On aurait entendu les partisans claquer leur banc. On aurait senti l’odeur d’un match de baseball, vous savez de quoi je parle. La rotonde aurait été bondée et ça aurait été le chaos pour rentrer, mais on l’aurait accepté. 

Publicité

On aurait vu des femmes et hommes nostalgique des belles années d’antan, du temps ou les idoles de jeunesse étaient les Carter, Galarraga ou bien, comme dans mon cas, Guerrero. On aurait vu des chums initier leur blonde au baseball. On aurait vu une passation du flambeau baseball à la plus jeune génération.

À la place, on ne verra rien de tout cela.

Montréal logo
Photo : Maxime Trudeau

Être serein dans l’épreuve

Dans la vie, il y a des choses plus grande que nous et nous n’avons pas le choix de les accepter. Accepter que la planète Terre est en crise et qu’elle a arrêté de tourner, métaphoriquement parlant. Accepter que pour aplanir la courbe de nouvelles infections potentielles, le monde est en quarantaine. Réaliser à quel point le sport dans son ensemble est rassembleur et, en ce sens, accepter que le sport lui-même s’est placé en quarantaine aussi, pour le bien collectif. 

Publicité

Accepter qu’en 2020, malheureusement, il n’y aura pas de baseball professionnel en sol Montréalais.