Voici pourquoi Mike Bolsinger poursuit les Astros pour 31 millions de dollars

Le 4 août 2017, au Minute Maid Park à Houston, la carrière du lanceur Mike Bolsinger a tourné au cauchemar.

Alors utilisé en relève par les Blue Jays, Bolsinger a goûté à la médecine des frappeurs des Astros en accordant quatre points en un tiers de manche et en seulement 29 tirs. Dans les heures qui ont suivi, Bolsinger a été rétrogradé par la formation torontoise et il perdit aussi sa place dans l’alignement des 40 joueurs.

Publicité

Natif du Texas, Bolsinger s’était mis beaucoup de pression en prévision d’une éventuelle sortie face aux Astros. Pour un lanceur, se faire démolir par l’équipe adverse devant sa femme et ses amis, ce n’est certes pas une bonne sensation.

En entrevue après cette difficile sortie, Bolsinger n’avait que de bons mots pour les frappeurs des Astros, les félicitant au passage pour leur opportunisme.

Une carrière prometteuse

Bolsinger en était à sa troisième équipe dans les grandes ligues. Repêché par les Diamondbacks en 2010 et faisant ses débuts en 2014, il a fait sa marque en 2015 chez les Dodgers en maintenant une moyenne de points mérités de 2.83 en 16 départs.

Étant tenu à l’écart du jeu pour la totalité de la saison 2016 en raison d’une blessure, il a refait surface chez les Blue Jays en 2017. Ces derniers, selon leurs besoins, ont transformé Bolsinger en releveur et on se souviendra de la journée du 4 août par la suite.

Publicité

Afin de faire vivre sa famille, (son épouse était alors enceinte) Bolsinger a accepté un emploi au sein d’une équipe japonaise. L’exode n’a pas été une partie de plaisir pour lui, vivant alors loin de son noyau familial et de ses amis.

Le plus difficile pour Bolsinger aura été d’entendre tous les détails entourant le stratagème de vol de signaux orchestré par l’organisation de Houston. Alors, il comprenais que sa carrière avait été « volée » par les Astros en cette journée d’août 2017.

Certes, il ne peut refaire le passé, mais à titre de compensation, il demande aux Astros de redonner les bonis d’une valeur de 31 millions $ obtenus lors de leur conquête à des œuvres de charité. Sa poursuite se traduit ainsi, et même si elle devait se concrétiser en sa faveur elle ne représenterait qu’un léger baume sur une carrière brisée.

Selon lui, le sport est à la croisée des chemins et la façon dont les autorités réagiront à ce scandale définira sa crédibilité pour les années à venir. Voilà pourquoi il poursuit les Astros.

Default image
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Alleyop360Attitude Football