Santiago Espinal pourrait être la réponse à quelques questions des Jays

Espinal

Le nom de Santiago Espinal n’est pas le nom le plus sexy parmi les espoirs des Jays. Sans avoir la prestance qu’a (ou qu’avait à titre d’espoir) un Vladdy Junior ou un Bo Bichette, Espinal est tout de même un joueur à garder en tête.

Tel qu’écrit par mon collègue Marc-Olivier Cook en novembre dernier, Espinal pourrait trouver son utilité dans l’organisation cette saison. Récemment ajouté à l’alignement de 40 joueurs, un rappel pourrait donc se faire relativement facilement si les Jays sentent le besoin – ou le désir – de lui donner sa chance à Toronto.

Publicité

La saison dernière, il a frappé pour .317 à Buffalo en 28 parties. Il a rapidement pris ses aises suite à un bon début de saison au New Hampshire, dans le double-A, ce qui fait de lui un joueur qui n’est pas loin des Majeures.

Imaginez s’il a un gros camp en plus… il s’aiderait beaucoup.

Un rôle précis

La saison dernière, Espinal a principalement joué à trois positions : deuxième coussin, arrêt-court et champ centre. Il peut aussi jouer au troisième coussin.

Quand on regarde les lacunes des Jays sans compter les lanceurs, il y en a deux qui sortent du lot :

Publicité

Dans les deux cas, Espinal pourrait aider.

Dans les coins du champ, il y a des options. Plusieurs joueurs peuvent évoluer au premier et au troisième but, mais ce sont les deux postes de milieu d’avant-champ qui sont les plus propices à manquer de profondeur – surtout l’arrêt-court, où ce n’est pas tout le monde qui peut réussir. Même son de cloche pour le champ centre, une position où Espinal a commencé à jouer en 2019 chez les Fisher Cats.

Résultat? Il est en mesure de dépanner là où sont les plus grands trous dans l’organisation (sauf le monticule). S’il performe bien en bas, les chances de le voir monter en haut pour jouer un rôle de grande utilité existent.

Publicité

À lui de bien jouer à Buffalo en avril.