Rowdy Tellez n’a perdu qu’une livre cet hiver

En 2020, Rowdy Tellez se voit comme l’un des plus puissants frappeurs des Majeures.

Selon lui, sa force naturelle fait qu’il peut paraître déjoué par un tir et tout de même le propulser de l’autre côté de la clôture.

Publicité

Vous ne verrez pas nécessairement le changement dans la charpente du costaud frappeur désigné des Jays cette année. Tellez prétend avoir perdu une livre durant l’entre-saison. Pour ce faire, l’athlète de 24 ans affirme avoir perdu 15 livres de gras, mais avoue avoir ajouté 14 livres de masse musculaire.

La puissance de Tellez est perceptible : le Californien a frappé 21 longues balles en 370 présences au bâton en 2019 avec les Blue Jays. En 2016, au New Hampshire dans le calibre AA, il en avait réussi 23.

À Buffalo, dans le calibre AAA, Tellez a cogné 26 coups de circuit entre 2017 et 2019. Cette dernière statistique n’est pas nécessairement représentative, car il a fait quelques séjours à Toronto durant cette période.

Sur un terrain de baseball, Rowdy Tellez ne passe pas inaperçu. À 255 livres, il a plus des allures de joueur de football que d’un joueur de premier but.

Publicité

Chez les Blue Jays, les questions relatives au poids sont sensibles. Rappelons que les dirigeants ont demandé à Vladimir Guerrero Jr. de faire attention à son tour de taille afin de se préserver de certaines blessures au cours de sa carrière.

À titre d’exemple, Prince Fielder faisait osciller la balance à plus ou moins 275 livres lors de sa carrière de 12 ans chez les Brewers, les Tigers et les Rangers. Il a tout de même frappé 319 coups de circuit malgré cette stature imposante. Son père Cecil paraissait bien svelte à 230 livres, il faut dire que ce dernier mesurait 6 pieds et 3 pouces comparativement à 5 pieds et 11 pouces pour Prince.

Tellez, quant à lui, étire ses 255 livres tout au long de ses 6 pieds 4 pouces.

Bref, si Tellez frappe plus de 25 longues balles cette saison, bien peu de partisans se souviendront qu’il a perdu un total d’une seule livre au cours de l’hiver.

Default image
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Alleyop360Attitude Football