Mike Clevinger : candidat légitime au trophée Cy Young en 2020

Depuis les départs de Corey Kluber (Rangers) et de Trevor Bauer (Reds), il fallait que les Indians trouvent le nom de leur nouvel as. La tâche n’a pas été bien longue et ils n’ont vraiment pas eu à chercher bien loin puisque de toute évidence, ce statut revenait de droit au turbulent Mike Clevinger.

Mike Clevinger, on l’aime ou on l’aime pas. Toujours est-il qu’il fait partie d’une catégorie de joueurs sous-estimés dont on parle peu et dont on devrait parler plus. En constante progression depuis ses premiers pas dans les Majeures en 2016, « Clev » entre à 28 ans dans ses plus belles années et ça tombe bien, les Indians auront grandement besoin de lui.

Prêt à bousculer la hiérarchie

Limité à 21 sorties la saison passée suite à un dos récalcitrant, Mike Clevinger s’était affirmé malgré tout comme l’un des deux meilleurs lanceurs de la rotation partante des Indians aux côtés de Shane Bieber.

Publicité

L’exubérant lanceur avait même, à son retour, été désigné comme lanceur du mois dans l’Américaine.

Avec sa fiche de 13 victoires et quatre défaites et sa MPM de 2.71, Clevinger avait fait sa part du travail. Qui sait ce qui se serait passé s’il avait pu lancer une saison complète? Et bien justement, en 2020, on devrait le voir à l’œuvre tout au long de la saison et quelque chose me dit que son nom ressortira en tête de liste quand viendra le moment de choisir le meilleur artilleur dans l’Américaine en fin de saison.

Car oui, Mike Clevinger peut prétendre aux grands honneurs, devant les Gerrit Cole, les Justin Verlander et autre Chris Sale.

Année après année, Clevinger s’améliore, ses chiffres parlent d’eux même.

Publicité

Mike Clevinger a beau être un lanceur au répertoire typique « fastball/curveball/change-up/slider », chacune de ses offrandes est plus rapide, bouge plus et spot la zone mieux que par le passé.

« Tout n’a pas toujours été tout rose »

Avec son look de surfer, ses tatouages multicolores et sa motion qui ferait froid dans le dos à n’importe quel recruteur, Clevinger ne passe pas inaperçu sur le terrain et je suis persuadé qu’il ne passera pas non plus inaperçu dans les colonnes de statistiques cette saison.

Le joueur qui s’approche de la trentaine ne l’a pas toujours eu facile dans la vie, que ce soit en raison de son look ou de ses choix de vie. Quand on sait qu’il a été refusé par certaines équipes car il ne voulait pas se faire couper les cheveux, on comprend un peu mieux la soif de vengeance qui anime le joueur des Indians.

On comprend mieux aussi ses commentaires dans l’affaire des vols de signaux par les Astros de Houston. Clevinger n’acceptait pas que des tricheurs puissent décider du sort de lanceurs qui se battent depuis des années et qui ont fait d’énormes sacrifices pour en arriver là. Il en veut énormément aux Astros pour cela.

Voyez par vous même cet excellent mini documentaire qui pourrait vous faire changer d’avis sur le joueur.

Mike Clevinger est définitivement prêt pour venir bousculer la hiérarchie chez les meilleurs lanceurs de la Ligue.

Default image
Sébastien Tabary
Alleyop360Attitude Football