Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les Red Sox ont choisi leur nouveau closer

Je vous parlais tout à l’heure de la reprise du jeu des lanceurs et des receveurs des Rockies en Arizona. En Floride aussi, les camps printaniers sont lancés, et les Red Sox se sont retrouvés à Fort Myers. C’est l’occasion d’évoquer certaines décisions pour la saison à venir.

Enfin un closer bien défini

La reprise a permis de revoir quelques têtes comme celle de Nathan Eovaldi, qui va retrouver son poste de partant en 2020.

Publicité

Mais le sujet qui a le plus fait parler, c’est le rôle de closer. Le tout nouveau gérant (par intérim) de la franchise de Boston, Ron Roenicke, a pris sa décision : c’est Brandon Workman qui héritera du poste.

Un choix finalement logique, mais c’est surtout le fait qu’il y ait vraiment un choix de fait qui est le plus intéressant dans l’histoire.

L’an dernier, les Red Sox, incapables de nommer un successeur à Craig Kimbrel, avaient opté pour un roulement sur ce poste. Sans trop de réussite.

Workman semble une bonne option, meilleure en tout cas que celles évoquées au même stade de la saison l’an dernier.

Publicité

Un « opener » dans la rotation ?

Le départ de David Price chez les Dodgers a certes libéré les Red Sox d’un poids financier, mais il a aussi laissé un vide dans la rotation.

Voilà à quoi ressemble cette dernière actuellement :

Chris Sale n’est pas apte actuellement. Une pneumonie, cela peut prendre du temps… On part donc sur une grosse improvisation et autant dire qu’en son absence, c’est compliqué.

Pour l’ensemble de la saison, et après le retour de Sale, Boston prévoit de faire appel à la stratégie du lanceur ouvreur : l’enclos aurait en charge ce fameux cinquième poste de la rotation.

Ils ont toujours le temps de faire venir un lanceur, me direz-vous. C’est peut être ce qu’il faudrait envisager…

Publicité

Et vous, comment feriez-vous?