Les Mets n’ont pas voulu payer le prix pour Francisco Lindor

Lindor

Selon Ken Rosenthal de The Athletic, il est vrai que les Mets de New York et les Indians de Cleveland ont eu de sérieuses discussions au sujet de Francisco Lindor en décembre dernier mais le prix à payer était clairement trop élevé.

Malgré l’agressivité démontrée par l’organisation new-yorkaise à vouloir obtenir Lindor, le fait de devoir sacrifier Jeff McNeil a eu pour effet de mettre un terme aux pourparlers entre les deux équipes.

Publicité

Au départ, la base d’échange consistait à inclure Amed Rosario et deux jeunes prometteurs de l’organisation. Aussitôt que le nom de McNeil fut prononcé par les dirigeants des Indians, la musique s’est arrêtée et la danse a cessé.

Les Mets composent avec le fait que l’obtention de Robinson Cano et Edwin Diaz des Mariners l’an dernier n’a pas apporté les résultats escomptés. Cette importante transaction menotte financièrement l’organisation dans sa quête d’obtenir un ou des joueurs pouvant l’aider l’équipe dès maintenant.

Publicité

Décision financière avant tout

Le fait que le contrat de Lindor pourrait varier entre 16 et 17,5 M $ en 2020 a eu un effet dissuasif chez les Mets. De plus, si ses succès se poursuivent cette année, son salaire annuel pourrait atteindre la somme de 24 M $ en 2021.

Pour le moment, le magasinage hivernal des Mets résulte à la venue de Dellin Betances, Rick Porcello, Michael Wacha et de Brad Brach pour un grand total de 25,6 M$ en salaires garantis.

Publicité

Toujours selon Rosenthal, dans la situation actuelle où Rosario, 24 ans, vient de connaître sa meilleure campagne en carrière et que des jeunes talentueux (Ronny Mauricio et Andres Gimenez) pointent à l’horizon, Lindor devenait un luxe et non une pièce essentielle aux succès quotidiens de l’équipe.