La nouvelle politique des équipes vis-à-vis des autographes est scandaleuse

Quand un exploit survient au baseball, on parle souvent des dieux du baseball. Mais Mamon, vous connaissez ? C’est le nom qu’on donne au Dieu de l’argent. C’est lui, le patron du baseball.

Plus moyen d’obtenir un autographe gratuit

Les franchises ont poussé le vice de la cupidité jusqu’à facturer une séance de signatures d’autographes.

Chaque année, durant l’hiver et juste avant que les joueurs ne se rendent en Floride et en Arizona pour le camp printanier, chaque équipe organise une Fan Fest. Des festivités, des questions réponses pour créer des liens entre les joueurs et les fans. Et des sessions de signature d’autographes.

Publicité

Ainsi, pour obtenir un autographe (jamais plus d’un), il vous faut débourser jusqu’à 75 $ pour les Astros, 50$ chez les Mets et 25$ chez les Reds, qui se sont montrés raisonnables.

Il faut donc payer pour tout.

Puisqu’il est impossible d’approcher les joueurs lors des matchs et des échauffements, que les filets de sécurité autour du terrain rendent le contact plus difficile (même s’il était nécessaire de les installer), la Fan Fest était désormais le seul moyen d’obtenir une signature.

Les franchises en ont donc profité.

Pas le droit de faire signer n’importe quoi

Le plus fou dans tout ça, c’est qu’en plus de devoir payer pour ça, vous ne pouvez pas faire signer n’importe quoi.

Vous vouliez faire signer une carte de baseball? Interdit.

Une balle? Un maillot? Une casquette ? Interdit.

Publicité

Les Mets distribuent cet immonde papier qui est le seul support autorisé à recevoir les griffes des joueurs ou gérants de l’équipe.

Traitez les fans comme des nigauds et ils ne reviendront plus

J’ajouterais que pour ne rien arranger, vous n’avez pas le choix du signataire puisque la plupart des franchises précise bien que chaque joueur signe pendant 50 minutes ou une heure et pas plus, et que si vous faites la queue et que celui dont vous rêvez d’avoir l’autographe a rempli son temps, vous devrez accepter la signature de celui qui prendra sa place.

L’organisation pour se rendre aux tables de signature est militaire et dénuée de toute humanité, même envers les enfants qui, même si c’est gratuit pour eux, n’ont pas le droit non plus de choisir de quel joueur ils auront la signature.

Certaines fois, les noms des joueurs présents ne font vraiment pas rêver, mais vous avez payé pareil…

En résumé, les franchises ont trouvé un filon et comptent bien en profiter (les Mets ont carrément signé un accord avec Pete Alonso, qui leur donne l’exclusivité commerciale de son autographe).

Elles veulent bien organiser les séances mais à leur manière et il ne s’agit pas d’attendre à ce qu’il y ait ce petit plus qui faisait son charme.

Les enfants notamment, sont ceux qui s’attachent à ce genre de moment et qui surfent sur ces souvenirs pour continuer à aimer le baseball une fois adultes.

C’est raté….

Source : Forbes

Default image
Damien Bourlet
Un français qui joue au baseball, qui regarde du baseball, et qui le commente en toute humilité, avec les yeux d'un enfant admiratif de ce sport fantastique.
Alleyop360Attitude Football