En l’honneur du mois de l’histoire des Noirs

Robinson Jackie w Reese 112.2006

Certains le savent, d’autres non, mais ma femme est de couleur noire et mes enfants le sont à moitié par le fait même, ce qui fait que j’accorde beaucoup d’importance à l’histoire des Noirs. Ce mois de février 2020 n’est pas seulement le mois de l’histoire des Noirs, mais aussi le 100e anniversaire de la Ligue des noirs, qui a été créée le 13 février 1920.

J’en profite donc pour revenir sur l’histoire de certains joueurs de couleur qui ont marqué ce si beau sport. Bien sûr, le premier nom qui nous vient en tête est celui de Jackie Robinson, mais gardons-le pour le dessert.

Jim Rice

Rice fait partie du moins de 1% qui font le Temple de la renommée en tant que joueur, alors qu’il a finalement été intronisé à Cooperstown en 2009 avec 76.4% des voix. Il a frappé pour une moyenne de .298 en 16 saisons, affichant un WAR de 47.7. Il totalise 382 longues balles, 2 452 coups sûrs et 1 451 points produits, remportant un titre de joueur par excellence en 1978.

Publicité

Jim Rice est l’une des plus grandes stars de couleur de l’histoire du baseball, mais il est de loin un être humain encore meilleur. Pendant sa carrière, Rice a travaillé et fait des dons à des dizaines d’organismes de bienfaisance dans la région de la Nouvelle-Angleterre.

Le 7 août 1982, le voltigeur des Red Sox Dave Stapleton atteigni un garçon de quatre ans (Jonathan Keane) à la tête. Rice a attrapé le garçon et l’a bercé, jusqu’à ce que les secours arrivent. Il a été le seul à réagir.

Leon Day

Day a été l’un des plus grands lanceurs à jamais lancer dans la Ligue des Noirs. Certains pensent qu’il a été encore meilleur que le grand Satchel Paige.

Le natif du nord de la Virginie a lancé plus de 10 saisons, principalement avec les Eagles de Newark, les Grays de Homestead et les Giants de Baltimore.

Day meurt le 13 mars 1995, six jours seulement après avoir été informé de son élection au Temple de la renommée.

Satchel Paige

Paige a fait ses débuts en MLB à l’âge de 42 ans et a cumulé une moyenne de points mérités sous les trois, en plus de faire deux équipes d’étoiles. Remarquable.

« Vous entendez parler de vrai contrôle, mais Paige est le seul homme que j’ai jamais vu qui l’a vraiment. Une fois, il m’a lancé six balles sur 10 sur un emballage de gomme », a déclaré Clint Courtney, son receveur avec les Browns de St. Louis.

Il a lancé exclusivement des balles rapides pour les 15 premières années de sa carrière. Sa carrière professionnelle s’est étendue sur 30 ans.

Certains rapportent que Paige a remporté 104 des 105 matchs en une seule saison dans la Ligue des Noirs.

Publicité

Josh Gibson

Josh Gibson n’a jamais eu l’occasion de jouer dans les Ligues majeures, mais il a laissé sa marque dans l’histoire du Baseball, jusqu’à même se faire appeler le ‘’Babe Ruth Noir’’. Gibson terrorisé les lanceurs partout où il allait, y compris dans toute l’Amérique latine lors des matchs de la Ligue d’hiver. La rumeur court qu’il aurait frappé une balle à 587 pieds un jour de printemps à Tampa.

Selon Andrew Simon de MLB.com, le regretté Buck O’Neil a dit dans plusieurs entrevues qu’il y avait un certain bruit de la balle frappant le bois qu’il n’a entendu que quelques fois. Le premier venait de Ruth. Le second vient de Gibson. Et O’Neil ne l’a pas entendu à nouveau jusqu’à ce que Bo Jackson arrive dans les années 1980.

« Le meilleur frappeur que j’ai jamais vu. Il avait la puissance de Ruth et la capacité de frappe de Ted Williams. C’était Josh Gibson. Il aurait été exceptionnel dans les Majeures. Il aurait réécrit le livre des records au niveau des circuits », a déclaré O’Neil au cinéaste Ken Burns.

En plus de se battre contre le racisme, la jeune femme de Gibson, Helen, mourut en donnant naissance à des jumeaux en 1930, tout juste au début de la carrière de Gibson.

Jackie Robinson

Moins de trois mois après le décès de Gibson (à 35 ans), Jackie Robinson a fait ses débuts avec les Dodgers de Brooklyn, étant l’un des joueurs les plus emblématiques de l’histoire du baseball. Il a été intronisé au Temple de la renommée en 1962 sans surprise et est devenu un héros pour avoir brisé la barrière de la couleur.

Jackie Robinson était un athlète exceptionnel. En 10 ans de carrière dans le Baseball professionnel, Robinson a été la recrue de l’année, un joueur par excellence de la Ligue nationale, un champion de la Série mondiale et six fois une étoile de la MLB.

Les Dodgers et Branch Rickey ont eu le courage non seulement de changer le baseball, mais aussi de changer le monde autour du sport.

Son numéro est maintenant retiré à travers tout le Baseball, Mariano Rivera étant le dernier à avoir porté le 42. Robinson est mort en 1972 à l’âge de 53 ans, mais son héritage est toujours palpable.

Publicité

Trois ans après sa mort, Frank Robinson est embauché par les Indians de Cleveland. Deux ans plus tard, le premier directeur général noir des Majeures, Bill Lucas, a été engagé par les Braves d’Atlanta.

Nous aurions pu mentionner plusieurs autres grands noms, même au sein des officiels. En effet, Emmett Ashford a arbitré dans la Ligue internationale du Sud-Ouest au début des années 1950. Il n’a toutefois pas été autorisé à atteindre les ligues majeures jusqu’en 1966. 

L’histoire des Noirs est riche et le Baseball ne fait pas exception. Le mois de février nous le rappelle.