Présumons que Yoenis Cespedes n’a pas un bon karma

Yoenis Cespedes, New York Mets

La plupart des amateurs de baseball ont eu vent de l’histoire impliquant le voltigeur Yoenis Cespedes et un sanglier.

En effet, le controversé athlète qui a signé une entente évaluée à 110 millions de dollars en 2016 avec les Mets de New York n’a pas joué au baseball depuis belle lurette en raison d’une cheville brisée, résultat d’un contact avec un sanglier sauvage.

Publicité

Yoenis Cespedes doit sa blessure à un sanglier

Cespedes n’est pas au bout de ses peines, car celui-là même qui était son agent lors de la signature de son contrat il y a quatre ans, Brodie Van Wagenen, est le nouveau patron des Mets.

Ce dernier, qui avait alors venté les talents de son protégé, a pris la décision de ne pas payer Cespedes durant son absence.

Publicité

Le problème qui subsiste est le potentiel élevé de conflits d’intérêts entre Van Wagenen et ses anciens clients, dont l’as Jacob deGrom. Afin de dissiper tous les doutes, l’équipe a donné un mandat spécifique à Jessica Mendoza, analyste au réseau ESPN. Cette dernière travaillera de concert avec le directeur général afin que le travail soit fait dans l’ordre.

Une situation devant être corrigée

Rappelons que Cespedes a été blessé, et les Mets ont répondu à cette situation en retenant le salaire du voltigeur conformément au libellé de son contrat, un contrat que Van Wagenen avait négocié pour lui.

Yoenis Cespedes
Photo : Elsa / Getty Images

Pour ajouter à cette situation pour le moins étrange, Van Wagenen a commenté la blessure et le processus de règlement des griefs en cours, malgré ses promesses antérieures de se récuser. En fait, aucun rapport n’a indiqué que Van Wagenen s’était récusé soit de la décision de suspendre la rémunération de Cespedes, ni de l’audience de grief lui-même, et Van Wagenen n’a jamais déclaré au dossier qu’il l’avait fait. Au lieu de cela, il a continué à parler ouvertement de ce qu’il appelle «la résolution» du contrat de Cespedes.

En réponse aux problèmes d’éthique vécus à New York, l’Association des joueurs ne s’est pas prononcée publiquement, mais elle se sent grandement interpellée par cette situation.

Publicité

Bien peu de gens savent comment Van Wagenen aborde ses véritables conflits d’intérêts, et ce sont des questions qui méritent des réponses. Dans l’intervalle, l’Association des joueurs devrait probablement ajouter une règle aux règlements de certification des agents et à la prochaine convention collective interdisant aux agents de joueurs d’accepter des emplois de direction au sein des équipes, au moins jusqu’à ce qu’une période d’attente assez importante se soit écoulée.

Interactions du lecteur