Les listes des joueurs surpayés et sous-payés font apparaître des montants hallucinants

Acuna

Qu’il est difficile parfois de s’y retrouver au milieu de tous ces chiffres qui environnent le baseball professionnel. Je parle autant des statistiques de performance que des salaires des joueurs. En parlant de ces deux types de données bien différentes, il est intéressant de les lier.

Un croisement de chiffres très sérieux…

Le site Bleacher Report a fait une étude très poussée qui vise en gros à calculer le prix pour un joueur donné de sa contribution à l’équipe. On divise son salaire de 2020 par sa contribution prévisionnelle l’an prochain et on obtient un coût annuel pour chaque point de WAR produit par le joueur.

Pour rappel, le WAR est une statistique courante en baseball qui évalue une performance dans le temps et qui varie globalement de -5 pour les pires jusqu’à +10 pour les tout meilleurs. Une note de zéro signifie que vous ne faites pas perdre votre équipe, mais que vous ne la faites pas gagner non plus.

Publicité
Goofy K Strike out
Source : gfycat.com

Toutes les données utilisées sont émises par des sites très bien informés pour les montants (Spotrac) et très sérieux pour ce qui est de prévoir une moyenne de performances (Baseball Reference et FanGraphs, entre autres).

…et révélateur!

Trois joueurs se détachent très nettement comme étant très largement surpayés, et pour cause : leur WAR est négatif et ils touchent des contrats astronomiques.

N°3 : Ian Desmond (Rockies)

Le joueur des Rockies a signé en 2016 un contrat de quatre ans pour 70 millions de dollars. Il a plutôt brillé avant qu’après. Il n’est pas scandaleux et montre parfois des éclairs de génie.

Mais les chiffres sont là : il gagne trop par rapport à d’autres qui sont plus performants.

N°2 : Chris Davis (Orioles)

Ce n’est pas nouveau, son contrat de sept ans de 161 millions de dollars est un échec total. Il se termine dans trois ans et c’est encore très long. Il y aura eu deux Chris Davis, un avant sa signature : magnifique, puissant et dominateur. Puis un autre après : incapable de stopper le cercle vicieux dans lequel il se trouve.

N°1 : Albert Pujols (Angels)

Le pire ratio coût performance des Majeures, c’est lui. Il touchera 29 millions de dollars en 2020 pour une contribution somme toute moyenne, loin de ce qu’on pourrait attendre par rapport à son salaire. Depuis trois ans, ses statistiques se sont stabilisées autour de 500 passages au bâton 20 circuits par an pour une moyenne de .245  environ.

Publicité

À Saint-Louis cependant, on l’adore, car il y a été phénoménal dans le passé, et c’est ce qui lui a permis d’obtenir ce contrat.

Et aussi : Will Myers (Padres) et Miguel Cabrera (Tigers)

Les joueurs qui méritent beaucoup plus d’argent

Tyler Glasnow (Rays)

Le lanceur des Rays a été phénoménal en 2019 (quand il n’était pas blessé). Cependant, ses chiffres et un retour gagnant de blessures me font dire que son salaire de seulement 1.9 million de dollars en 2020, c’est du vol.

Paul DeJong (Cardinals)

L’arrêt court de Saint-Louis est au milieu d’un contrat de six ans pour 26 millions de dollars. Une défense de haut niveau et une belle somme de 30 circuits : pas cher payé pour un tel rendement.

Ronald Acuna Jr. (Braves)

Le coup financier de l’année, ce sont les Braves qui le tiennent avec le jeune prodige voltigeur. Il fait déjà partie des plus grands et malgré un gain de 100 millions de dollars sur huit ans, son WAR approchant la note de 10 et au regard de ce que touchent les Harper, Machado et compagnie, il devrait tout simplement gagner le double.

Publicité

Autres joueurs sous-payés : German Marquez (Rockies), Mike Clevinger (Indians) et Carlos Correa (Astros de Houston).

Source et lien de l’article complet : Bleacher Report

Interactions du lecteur