Les chances de voir Barry Bonds entrer au Temple n’ont jamais été aussi bonnes

Dès demain, nous apprendrons si Derek Jeter deviendra la deuxième joueur à entrer au Temple de la renommée de manière unanime. Nous saurons aussi si Larry Walker aura sa chance.

Puis, il y a les autres. Les polarisants. On parle ici de Barry Bonds, de Curt Schilling et de Roger Clemens, trois athlètes qui méritent d’entrer à Cooperstown par la grande porte, mais trois hommes qui polarisent trop pour certifier qu’ils seront un jour des immortels.

Publicité

Trois joueurs qui, aujourd’hui, sont aux portes du Temple.

Comme le souligne Bob Nightengale dans sa chronique, tout ce qui se passe avec les Astros depuis quelques semaines permet de relativiser l’importance de ce que des joueurs comme Bonds et Clemens ont fait. Après tout, devrait-on couper l’accès au Temple à tous ceux qui ont été impliqués de près ou de loin dans ce scandale, qui touche probablement plus d’équipes qu’on pense? Probablement pas.

Alors, quelle est la différence entre cela et l’ère des stéroïdes?

Publicité

Toujours aux yeux de l’informateur du USA Today, Bonds jouait dans une époque où tout le monde se dopait – et même son de cloche pour Clemens. Jamais formellement suspendu pour dopage, il a pourtant vu plusieurs de ses confrères suspendus obtenir de postes importants : A-Rod est un des visages du baseball, Manny Ramirez a été un consultant des Cubs et Mark McGwire a été un entraîneur pendant huit ans.

À une époque où les PEDs n’étaient pas illégaux (ils le sont devenus au cours de leur carrière, ceci dit) et où tout le monde en prenait, Nightengale ne comprend pas pourquoi deux gars qui n’ont jamais été suspendus voient les portes de Cooperstown se fermer devant eux. C’est là qu’il relativise avec le scandale des Astros : tricher, c’est tricher. Pourtant, les joueurs de Houston n’ont pas été punis par la ligue ou dépouillés de leur titre.

De plus en plus, les writers qui ont le droit de vote choissisent d’inclure Bonds et Clemens dans leurs choix. Au cours des dernières semaines, de plus en plus de voix leurs sont attribuées.

Publicité

La chronique de Nightengale n’est donc pas que personnelle : les chances de voir Barry Bonds entrer au Temple n’ont jamais été aussi bonnes.