Stephen Strasburg : un «National» pour la vie

Stephen Strasburg

Avouons que c’est quand même bizarre ces présentations de joueurs qui sont déjà dans l’organisation. Stephen Strasburg a gagné la Série mondiale avec les Nationals de Washington il y a un mois. Hier, il était devant la presse pour être présenté comme joueur des… Nationals.

Un nouveau contrat pour y finir sa carrière?

La conférence de presse a donc forcément porté sur la longueur de ce contrat et sur la carrière de Strasburg. Sept ans de contrat après déjà dix ans dans l’organisation : à moins qu’il soit échangé un jour, il aura passé 17 ans avec les Nationals. Un morceau de vie conséquent. Il aura 38 ans et sera très certainement au crépuscule de sa vie de lanceur professionnel.

Publicité

Il est donc évident qu’il faut désormais considérer l’idée qu’il pourrait devenir l’image de la franchise (une fois Scherzer parti, bien sûr), lui qui assume déjà le poste de lanceur numéro 1 (avec Scherzer, bien sûr) et qui restera comme l’acteur principal du tout premier sacre de Washington.

Il veut être un « National pour la vie »

Bien que natif de San Diego, Strasburg se sent chez lui désormais dans la capitale :

Publicité

Dix ans en arrière, en 2009, c’était angoissant de venir ici pour être honnête. Je viens de San Diego et je ne savais pas ce que la côte est avait à m’offrir. Mais les Nationals ont été là depuis le tout début. – Strasburg

Ils sont rares ceux qui ont joué toute leur carrière dans la même franchise. Exemple récent : Madison Bumgarner, visage des Giants, a signé avec les DBacks. Ainsi va la vie d’un joueur de baseball. Strasburg se voit comme l’un des rares à rester fidèle à son équipe.

Lorsque vous avez la possibilité d’être au même endroit et de grandir en tant que personne et joueur, de faire partie d’une organisation comme celle-ci, vous ne pouvez pas vraiment laisser passer ces opportunités. – Strasburg

Publicité

Voilà désormais le lanceur bien installé et il est la confirmation que les Nationals, qui n’ont pas insisté pour garder Anthony Rendon, donnent toute priorité aux lanceurs partants. L’année 2019 leur a donné raison sur ce point et il est clair qu’ils auraient tort de faire autrement.

Interactions du lecteur