Marvin Miller entrera au Temple bien malgré lui

MTY4ODE0MjAzMzU0NzUyNTE3

Marvin Miller, ancien directeur exécutif de l’Association des joueurs durant près de deux décennies, fera son entrée au Temple de la renommée du baseball en 2020.

Contrairement à la quasi-totalité des personnalités qui ont vu leur nom inscrit sur le bulletin de vote leur permettant de rêver à cette consécration légendaire, Miller ne souhaitait pas être du nombre.

Décédé en 2012, Miller est considéré comme le père du système actuel d’agents libres et du système d’arbitrage chargé de régler les litiges concernant les contrats entre les Majeures et ses joueurs. Le salaire moyen des joueurs était plus de 10 fois plus élevé lorsque Miller quitta ses fonctions après 16 ans à l’Association des joueurs. Il a aussi aidé le syndicat à se libérer de la clause de réserve.

Publicité

Des acquis importants

Lorsque Miller quitta la présidence de l’Association en 1982, le salaire moyen d’un joueur du baseball majeur était de 241 000 $ par année. À son arrivée avec le syndicat en 1966, le salaire moyen se chiffrait à 19 000 $ par an.

Normal que le comité des Vétérans lui fasse une place bien à lui à Cooperstown.

MTY4ODE0MjAzMzU0NzUyNTE3

En 2008, il écrivit une lettre à l’Association des rédacteurs de baseball d’Amérique les remerciant d’avoir pensé à lui en soumettant son nom au vote, mais en même temps, il les incita à ne plus recommencer.

Miller a passé sa vie à décrier les injustices et pourfendre le pouvoir mal intentionné. Il ne pouvait passer sous silence le fait que le processus de nomination au Temple était pour lui une farce monumentale.

Il en était à une cinquième nomination au Temple de la renommée. Son nom apparaissait sur les bulletins de vote en 2010 et 2011 avant d’y être inscrit à nouveau à titre posthume en 2014, 2018 et enfin en 2020.

Publicité

Cette nomination amène un nouveau questionnement. Que doit faire le Temple face à un individu qui ne souhaite pas y être ?

Son fils confirme les dires

Questionné à ce sujet par le magazine Sports Illustrated en novembre dernier, le fils de Miller, Peter, a confirmé que son père n’aurait certes pas assisté à sa propre cérémonie d’intronisation.

Avant le décès de son père, Peter Miller a eu de nombreuses discussions à ce sujet avec lui et à chaque occasion le paternel persistait et signait, il ne voulait pas voir son nom associé à cette reconnaissance.

Cependant, Peter Miller confirme que ce ressentiment n’avait rien a voir avec le processus en soit, mais plutôt au fait que son père a toujours œuvré pour pour la majorité et non pour sa propre personne. De voir les caméras tournées vers lui ne l’enchantait guère et une place à Cooperstown pouvait signifier cela.

Selon la conception même des actions de Marvin Miller, redonner au suivant devenait l’objectif premier de son combat quotidien soulignant les efforts de ses membres à offrir un meilleur spectacle au moyen de meilleures conditions. À l’inverse, il voyait le Temple de la renommée comme étant un collectif de personnalités individuelles reconnues pour des actions individuelles, telles les statistiques.

Miller, au cours de ses premières années de travail, a transformé considérablement la face du baseball. Il a construit la solidarité là où il y avait peu et a créé un modèle de travail équitable là où il n’y en avait pas. Il a établi le système économique de base du baseball professionnel tel qu’il existe depuis un demi-siècle. Il a gagné la reconnaissance des joueurs, car comme l’a dit Hank Aaron, Miller a été aussi important pour le développement de ce sport que l’aura été Jackie Robinson.

Publicité

Bref, une nomination douce-amère pour la famille Miller, qui ne peut qu’être fière des accomplissements de Marvin.

Source : SI

Interactions du lecteur