Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Irving Piken se souvient très bien de Jackie Robinson

Irving Piken a eu 111 ans hier. Il est officiellement le plus vieil homme des États-Unis et, par surcroît, il est un très grand partisan des Dodgers de Los Angeles. Il écoute encore régulièrement tous les matchs de son équipe favorite.

C’était en 1917. Les Dodgers s’appelaient alors les Robins de Brooklyn, et Piken, le plus ancien fan des Dodgers, se souvient avoir entendu des gens autour de lui parler de ce sport de bouche à oreille, car il n’y avait pas d’émissions de baseball à la radio ou à la télévision à ce moment-là.

Pardonnez-lui le fait qu’il ne se souvienne pas de tous les détails entourant les faits et gestes de ses Dodgers, mais son premier match est encore frais à sa mémoire.

Publicité

Un marathon de 22 manches se soldant par un gain de Brooklyn au compte de 6-5 face aux Pirates de Pittsburgh. Un événement mémorable pour le jeune Piken, alors âgé de huit ans.

Des souvenirs bien présents

Quand même impressionnant de récolter les souvenirs d’un homme né pendant la présidence de Theodore Roosevelt, deux mois après la victoire des Cubs en Séries mondiales de 1908 et un an seulement après l’invention du papier de toilette !

Piken est né à Brooklyn, New York, le 20 décembre 1908. Il a grandi dans le quartier de Williamsburg, non loin d’Ebbets Field. À l’époque, il y avait encore ces rames de tramway dans les rues – quelqu’un qui a littéralement esquivé les wagons qui descendaient, d’où l’inspiration pour le surnom actuel de la franchise, Dodgers.

i
Irving Piken assistant à un match au Dodger Stadium en mai 2016 – Photo Spectrum SportsNet LA

Piken a vécu la majeure partie de sa vie dans la région de New York avec sa femme et ses deux fils. Il est diplômé de Brooklyn Law School en 1930 et est finalement devenu vice-président de la Bank of North America. En 1977, il a déménagé en Californie, 19 ans après que les Dodgers aient fait de même.

Irving Piken avoue candidement que sa mémoire n’est plus ce qu’elle était, mais des images sont très claires au sujet des premières étapes de sa vie: se souvenir de l’éclat et de la précision de Sandy Koufax et Orel Hershiser sur la butte, ou comment Pete Reiser survolait le champ extérieur.

Il raconte que le baseball n’avait pas beaucoup changé au cours des 100 dernières années, juste que les joueurs étaient mieux payés et qu’il y avait plus de publicité.

Publicité

Ruth et Robinson

Piken a vu la plupart des grands, y compris Babe Ruth, mais son joueur préféré restera pour toujours Jackie Robinson.

Il se souvient de ses capacités athlétiques hors-normes et finalement de l’avoir vu voler le marbre à plusieurs reprises. Selon lui, aucun joueur n’avait la capacité de réagir aussi rapidement sur un terrain de balle.

Piken a également emmené ses fils aux matchs des Dodgers alors que l’équipe était encore à Brooklyn.

Aucun joueur ne l’a excité autant que Jackie Robinson a déclaré son fils, Ed Piken.

Il reste un fan fidèle à ce jour. Il peut vous parler du rendement de l’équipe et s’émerveille encore devant le talent de Clayton Kershaw.

Publicité

Source : ESPN