Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Alex Wood se rappelle des Astros de 2017

Les allégations de tricherie de la part des Astros de Houston ont atteint l’œil du public le mois dernier lorsque The Athletic a rapporté que les Astros auraient utilisé une caméra du champ centre fixée pour voler des signaux au cours de la saison 2017. Le rapport a déclenché une enquête en cours de la MLB.

Lors des réunions d’hiver plus tôt ce mois-ci, le commissaire Rob Manfred a déclaré que le département des enquêtes de la ligue a examiné 76 000 courriels et mené 60 entrevues.

Publicité

De son côté, Alex Wood se rappelle de ces moments de la Série mondiale de 2017. Il n’aurait pas pu prévoir le scandale alors qu’il s’échauffait avant le match numéro 4, le 28 octobre de cette année-là. À l’intérieur de l’enclos, il a commencé à se détendre. Son bras se sentait bien.

Mais il lui restait un petit quelque chose dérangeant derrière la tête. Il n’avait pas beaucoup dormi la veille. L’adversaire, la scène et le décor ont tous contribué à son anxiété.

« J’étais incroyablement nerveux. Je peux l’admettre, trois ans plus tard », a dit Wood.

Les Astros étaient particulièrement impitoyables à la maison. Comme d’autres membres des Dodgers de Los Angeles, Wood avait des soupçons sur la raison pour laquelle c’était ainsi. Les Astros étaient considérés comme particulièrement habiles à voler des signaux.

Publicité

« Nous avions entendu des murmures de certaines des choses sombres qu’ils avaient fait. De toute évidence, nous n’avions aucune idée que c’était aussi gros, en termes de mise en place de caméras dans le tunnel et de coups sur les poubelles. C’est assez sauvage. »

Se méfiant des Astros, Wood avait prévu d’utiliser plusieurs séquences de signaux, même sans coureurs sur les buts. Avant le match, Wood et le receveur Austin Barnes ont mis au point un système élaboré afin qu’ils puissent changer de signaux tous les douze lancers.

Les Astros ont accueilli neuf matchs des séries éliminatoires en 2017. Ils n’ont perdu qu’une seule fois, dans le match numéro 4, contre Wood.

« C’est l’un des moments dont je suis le plus fier dans ma carrière, et dans ma vie. »

Dans les heures qui ont précédé le match, Wood a ajouté des étapes supplémentaires à sa routine habituelle. Il a passé environ 20 minutes à passer en revue l’alignement de Houston avec le président des opérations baseball Andrew Friedman.

Wood utilisait déjà un système compliqué pour appeler les lancers. Il se doutait toutefois que cela ne suffirait pas.

Publicité

« Nous n’avons probablement pas fait plus de huit ou dix lancers sans changer les signaux. »

Dommage que Wood n’ait pu revenir lancer le match numéro sept…