Les balles ne seraient pas la cause de la hausse du nombre de circuits

MLB: New York Mets at Washington Nationals

Les lanceurs du baseball majeur se sont plaints toute la saison que les balles de la MLB étaient trafiquées. Il est toutefois vrai que ces dernières années ont vu un nombre sans précédent de circuits. Les séries éliminatoires et Série mondiale n’ont pas été épargnés.

Cette année, Washington et Houston n’étaient qu’à trois coups de l’affrontement record de 2017 entre les Astros et les Dodgers, qui ont enchaîné 25 longues balles en finale.

Il y a beaucoup de raisons possibles pour expliquer la récente hausse des circuits à partir de la mi-saison 2015 : certaines que nous pouvons exclure, d’autres qui ne sont pas complètement expliquées.

Publicité

La majorité des commentaires font référence à une « balle sur le jus ». Il y a soit beaucoup de théoriciens de la conspiration à qui les données ne sont pas pertinentes ou il y a une certaine confusion quant à la distinction entre une balle trafiquée et une balle avec un plus petit coefficient de traînée.

Développons.

Il y a deux interactions distinctes qui déterminent la distance qu’une balle de baseball parcourra. La première est le contact avec le bâton, qui détermine la vitesse de sortie de la balle, l’angle de lancement, et l’angle de pulvérisation, ainsi que la rotation sur la balle. La deuxième interaction est entre l’air et la balle pendant le vol.

ug95s1v4oftcnm86c0be
MLB.com

Une balle trafiquée se détache du bâton avec une plus grande vitesse de sortie qu’une balle normale. Donc, la question est : Comment savons-nous si une balle est, en fait, sur les stéroïdes ? La méthodologie standard consiste à tirer une balle de 60 mille à l’heure sur un mur fait du même bois que certains bâtons, et à mesurer la vitesse de la balle au retour.

La façon standard de déclarer cette valeur est un calcul d’une fraction de la vitesse initiale. Cette fraction est appelée le « coefficient de restitution », ou COR. Le COR doit donc être de 0,546 à 0,032. Une balle sur le jus est donc une boule avec un COR élevé.

Publicité

Des balles étudiées

L’UMass Lowell Baseball Research Center effectue ces mesures de COR sur six douzaines de baseball chaque année pour la Ligue majeure de baseball. Voici un graphique démontrant leurs résultats.

image1-1
Photo : Fangraphs

Ils ont noté que les règles exigent que le COR moyen soit de 0,546. Dans un certain sens, alors, la balle a été sur les stéroïdes sur toute la période de temps couvert par l’étude. Cependant, la balle a été moins trafiquées récemment que dans le passé. Ainsi, la balle récente devrait voyager une distance plus courte, pas une plus longue, parce que le COR a chuté au cours des dernières années.

Les marges d’erreur sur chaque point de données indiquent que dans chaque année, la plage de la variation du COR est inférieure à 0,01, ce qui est beaucoup plus petit que le 0,032 autorisé par la règle. C’est-à-dire que les tolérances à la fabrication au cours d’une année donnée sont beaucoup plus faibles que les variations permises par la MLB.

De 2016 à 2019, il y a eu une augmentation de 40 % des longues balle, par rapport à 2014, ce qui nécessite un accroissement de 15,4 pieds de la distance. En effet, le COR est passé de sa valeur de 0,554 en 2013 et 2014 à 0,557 en 2016 et 2017. Cependant, cela ne représente qu’une augmentation de deux pieds de la distance, rien de près des 15,4 pieds de distance.

Ainsi, selon ces calculs, il est certain que les balles sur le jus ne sont pas la cause de l’augmentation des circuits. Il reste maintenant une seule explication pour les théoriciens de la conspiration : « Vous venez de nous montrer des données MLB, et vous savez que ce n’est qu’un écran de fumée ».

Publicité

Libre à eux.

Interactions du lecteur