Quand une utilisation «inusitée» des partants permet de gagner

Il faut de l'audace pour donner la balle à un lanceur partant dans une situation habituellement réservée aux releveurs. Ces moments plutôt rares en saison régulière deviennent plus nombreux en matchs éliminatoires.

Avec un pincement au cœur, revivez avec nous les événements du 19 octobre 1981, dans le cadre du cinquième match entre les Dodgers et les Expos.

En neuvième manche, avec une égalité de 1-1, le gérant Jim Fanning a décidé de relever son lanceur partant Ray Burris par un autre partant, Steve Rogers. Le deuxième frappeur à lui faire face, Rick Monday, a catapulté la balle dans les gradins du Stade olympique pour un circuit. Les Dodgers sont donc passés en Série mondiale en l'emportant 2-1.

Et nous connaissons tous la suite, mais l'histoire récente nous présente de beaux cas à évoquer.

Des exploits récents à énoncer

Ces décisions sont souvent vues comme étant désespérées, mais celle prise par Dave Martinez cette année, dans le cadre du match des meilleurs deuxièmes face aux Brewers, a été le point tournant et permet actuellement aux Nationals d'espérer pouvoir éliminer les puissants Dodgers.

DXDF53TNJEI6TO7HDR4Y7OAFGY
En 2019, Stephen Strasburg permet aux siens de rêver - Photo The Washington Post

Martinez a décidé de remplacer son as Max Scherzer par Stephen Strasburg. Ce dernier n'a pas dominé dès son arrivée dans le match, mais a été dominant par la suite en blanchissant l'adversaire durant trois manches et récoltant quatre retraits au bâton. En huitième manche, les coéquipiers de Strasburg sont revenus de l'arrière et ont arraché la victoire aux Brewers.

En 2003, lors de la septième partie, Mike Mussina des Yankees, membre du Temple de la renommée, a été demandé en relève à Roger Clemens à la quatrième manche d'un match dominé à ce moment par les Red Sox de Boston. Il a sauvé la saison de son équipe en lançant trois manches sans rien donner et en réussissant trois retraits au bâton. Les Yankees sont revenus de l'arrière et ont gagné 6-5.

Nathan Eovaldi a fini par encaisser la défaite dans ce match, mais lors de la Série mondiale 2018, le droitier des Red Sox de Boston est sorti de l'enclos à la douzième manche, après des apparitions en relève lors des matchs 1 et 2. Le droitier a lancé six manches et a retiré cinq frappeurs sur des prises, ne donnant que deux points, dont un a été mérité. Eovaldi a été une véritable source d'inspiration pour ses coéquipiers avec ses performances en relève.

Comment ne pas oublier ce que le grand Randy Johnson a fait pour les Diamondbacks de l’Arizona lors de la Série mondiale 2001? Après avoir lancé sept manches dans le sixième match, Big Unit a fait une apparition en relève la journée suivante dans le cadre du septième match. Il a lancé une manche et un tiers sans permettre de point, en route pour le seul championnat de l'Arizona.

En 2017, les Astros de Houston ont remporté les grands honneurs face aux Dodgers de Los Angeles grâce à la solide performance de Charlie Morton en relève lors du septième match. Morton a lancé quatre manches, donnant un point sur deux coups sûrs et un but sur balles, remportant la victoire au passage. Lors de la série précédente, Morton avait permis aux siens d'accéder à l'étape suivante grâce à un départ magistral.

Madison Bumgarner
Photo: The Ringer

Cependant, l'un des moments les plus historiques en séries est survenu lors de la Série mondiale 2014, lorsque l'as des Giants de San Francisco, Madison Bumgarner, en apparu en relève lors du septième match. Il a lancé cinq manches, inscrivant quatre retraits sur des prises et a réussi le sauvetage permettant aux Giants de remporter un troisième titre en cinq ans. Pour ajouter à la légende, Bumgarner a lancé un jeu blanc lors du cinquième match de la série.

En éliminatoire, un lanceur partant doit être en mesure de faire face à la musique en tout temps !

Source : 12up

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Gleyber Torres est-il le prochain « Grand » Yankee ?

Jose Ramirez en a marre de changer

Suivant