Les étranges lamentations de la légende Mike Schmidt

New-York-Yankees-v-Philadelphia-Phillies-c61c7b91f63483ace93d6c2f31d3b2e0

Mike Schmidt a fait la pluie et le beau temps dans les années 1970 et 1980 chez les Phillies. Ce qui lui a permis de devenir un membre du Temple de la renommée en bonne et due forme.

Disons que du baseball, il en a vu et il en a joué. Cela dit, tu peux être le meilleur joueur de tous les temps et te mettre les pieds dans les plats quand même.

Publicité

Comme beaucoup de sa génération, l’ancien joueur de la MLB a de la difficulté à accepter le fait que les joueurs frappent des circuits plus que jamais maintenant. Bon peut-être moins en séries, mais si on regarde la saison, on le sait que c’est vrai.

En gros, dans un article qu’il a écrit pour l’Associated Press, Schmidt se lamente sur le fait suivant : le jeu a perdu sa mentalité stickball. C’est-à-dire la mentalité de base au bâton. Pourquoi en vient-il à cette conclusion? Tout simplement parce que les amortis, les vols de buts et les hit-and-runs deviennent de plus en plus rare tandis que de s’élancer pour la longue balle devient la seule directive.

Publicité

Schmidt n’a pas tort. C’est vrai que toutes ces choses sont en baisse versus le nombre de circuits qui est en hausse. Mais c’est un peu bizarre d’entendre un joueur qui a frappé pas moins de 548 circuits en 18 ans de carrière se plaindre de la longue balle ou de la puissance. Surtout qu’il a une moyenne au bâton en carrière de .267.  Ça ressemble étrangement à des chiffres qu’on peut voir dans la fiche de frappeur de circuits en 2019.

Si à ce niveau ses lamentations sont étranges, il est toutefois possible de comprendre que Schmidt critique peut-être plus le manque de stratégie impliqué lorsque les circuits sont autant en hausse. Parce que les amortis et les vols de but font partie d’une stratégie claire. Mais, de chialer contre la puissance, il peut-être mal placé pour le faire.

Bref, Schmidt semble s’être mal exprimé sur un sujet, mais on se demande s’il est le mieux placé pour en parler justement.

Publicité

Source : 12up.

Interactions du lecteur