L’arbitre Rob Drake s’excuse pour ses propos polémiques

Rob Drake
Publicité

Rob Drake s’était vraiment emporté et a dû regretter ses propos. Il s’est excusé hier et moi j’aime cette citation : « faute avouée à moitié pardonnée ».

Des propos vraiment polémiques

Toutefois, il est vrai qu’il a dépassé les bornes lorsqu’il a déclaré ceci.

Publicité
Publicité

Il déclare son intention d’acheter des armes en cas de destitution du Président Trump et brandit la menace d’une guerre civile.

En tant qu’arbitre des Majeures, il aurait du se douter qu’en prononçant tout propos déviant, il prenait le risque d’être pris en grippe par la MLB.

Cette dernière se refuse évidemment à prononcer tout propos qui écorne son image et elle attend de tous les acteurs du jeu la même exemplarité. Pour se montrer exemplaire en la matière, elle n’hésite pas à suspendre les joueurs et virer les arbitres. Vous remarquerez qu’elle fait moins l’inverse, mais c’est un autre débat.

Un procès d’intention un peu dur

Drake a clairement franchi une ligne rouge, non pas en exprimant une opinion politique (quoique la MLB trouve peut-être c’est déjà aller trop loin), mais en se montrant enclin à user de la violence. Ce n’est pas acceptable.

Ceci dit, est-ce juste pour autant de le faire passer pour un tueur en séries, un déséquilibré, un fanatique ou un arbitre incapable de juger les prises d’un joueur noir, car il défendrait Trump? La bien-pensance a vite fait de mettre les gens dans des cases à cause d’un propos déplacé et j’ai lu des réactions sur Twitter vraiment disproportionnées.

Publicité
Publicité

Il a dérapé et s’est laissé emporter par sa passion. C’est d’ailleurs l’excuse que lui retiennent ses collègues arbitres de l’association des arbitres qui condamne ses propos, mais reconnaît que Drake est un excellent officiel et qu’il a choisi un mauvais moyen pour s’exprimer.

Il faut faire drôlement attention à tout ce que l’on dit ou on écrit dans notre société actuelle. Tout peut se retourner très vite contre vous. Surtout quand on travaille pour une organisation si médiatique.

Désolé, Drake a fait son mea culpa.

La polémique est close, mais pas encore pour la MLB, qui doit décider d’une sanction.

Publicité
Publicité

À suivre…

Publicité

Interactions du lecteur