Fernando Rodney : une première à 42 ans

rodney-arrow-nats-usat

Tard hier soir, ou tôt ce matin, Fernando Rodney se tenait au milieu du Minute Maid Park, portant soigneusement le trophée qu’il avait pourchassé toute sa carrière. Tout autour de lui, ses coéquipiers s’étreignaient et fêtaient tout en tentant de maintenir un semblant de bon sens après avoir remporté le premier championnat dans l’histoire de la franchise.

Publicité

Rodney a été autour du baseball depuis très longtemps. Il a signé son premier contrat de baseball professionnel avant la naissance de Juan Soto. Il a joué dans les majeures plus longtemps que la Suisse n’a été membre des Nations Unies. Il est apparu dans plus de matchs que Cy Young lui-même. Et il a eu sa part de succès. D’ailleurs, il a rejoint un groupe sélect ayant participé à toutes les rondes des séries éliminatoires de la MLB, autant dans la Ligue américaine que dans la nationale. Mais son but ultime n’était pas atteint.

Le releveur âgé de 42 ans, qui a joué dans huit clubs différents au cours des cinq dernières années, et onze au total dans sa carrière, a pris un moment pour réfléchir à son parcours. Puis, lentement, il a soulevé le trophée du commissaire au-dessus de sa tête. Anthony Rendon, juste derrière son coéquipier, rayonnait de fierté en regardant cette scène.

« C’est comme si la mission était accomplie », a déclaré Rodney au Sporting News, alors qu’il se trouvait dans un coin du vestiaire des Nationals.  »C’est très spécial pour ma famille, mes amis et toutes les personnes qui me soutiennent. »

Publicité

Rodney a fait une pause.

 »Je l’ai fait. Je suis très heureux. Je pense à tous ceux qui sont en République dominicaine, d’où je viens, où j’ai grandi. Ils doivent être très heureux. »

L’idée de voir Rodney, qui avait été libéré par les A’s à la fin du mois de mai, remporter un premier championnat, est à peu près aussi improbable que de voir l’équipe sur la route remporter les sept matchs d’une Série mondiale. Ou de voir une équipe avec une fiche de 19-31 revenir dans la course et participer aux séries éliminatoires, puis gagner deux matchs face à l’élimination en série de division, et ensuite balayer la série de championnat, pour finalement remporter les matchs 6 et 7 de la Série mondiale, après avoir perdu les trois précédents par un total de 19 points contre 3.

Publicité

Tout ça pour dire que ce fût une saison exceptionnelle pour les Nationals, et encore plus pour Rodney, qui voit enfin le fruit de ses efforts être récompensé, après 17 ans d’attente.

Interactions du lecteur